Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

INVITE - Olivier Ihl, professeur en sciences politiques à l'IEP de Grenoble

jeudi 2 mars 2017 à 8:59 Par Bleuette Dupin, France Bleu Pays de Savoie

A 53 jours du premier tour de la présidentielle, le candidat LR François Fillon annonce qu'il est convoqué le 15 mars par les juges d'instruction en vue d'une mise en examen dans l'enquête sur de possibles emplois fictifs dont il aurait fait bénéficier ses proches. Il maintient sa candidature.

Situation inédite dans une campagne présidentielle sous la Vème République: un candidat convoqué par un juge pour une possible mise en examen
Situation inédite dans une campagne présidentielle sous la Vème République: un candidat convoqué par un juge pour une possible mise en examen © Maxppp - Alexandre Marchi

Chambéry, France

C'est une situation inédite, une de plus, sous la Vème République: le candidat LR à la présidentielle, désigné lors de la primaire de la droite et du centre en novembre dernier par quatre millions d'électeurs, est convoqué le 15 mars par trois juges d'instruction en vue d'une mise en examen dans l'enquête sur de possibles emplois fictifs dont il aurait fait bénéficier ses proches. François Fillon l'a annoncé lui-même ce mercredi et déclaré dans le même temps qu'il maintenait sa candidature.

Pour le politologue Olivier Ihl, professeur à sciences-po Grenoble, c'est du " jamais vu " et on en est arrivé là à la suite d’erreurs de stratégie politique commises par F. Fillon. " Il a dit, dans un premier temps, que de toute façon s'il y avait mise en examen il se retirerait, rappelle Olivier Ihl. Il avait utilisé cette fameuse formule à l'occasion des primaires - imagine-t-on le Général de Gaulle mis en examen -. Désormais la menace se précise, il va l'être, il nous l'a annoncé, à partir du 15 mars, ce qui rend sa stratégie intenable. Il en change, constate le politologue, _et il le fait depuis 15 jours, en signalant qu'il ira jusqu'au bout et que seul le verdict des urnes lui importe. Sauf que la justice, ça existe, et aller devant les électeurs avec une incrimination de cette nature, évidemment c’est très lourd à porter et ça risque de faire perdre son cam_p ".

La suite de l'interview à réécouter ici:

Changement de stratégie pour le candidat LR François Fillon, constate le politologue Olivier Ihl, invité ce jeudi à 7h50