Politique

INVITÉ - Xavier Alonso, journaliste à la Tribune de Genève : "L'élection présidentielle passionne aussi en Suisse"

Par Nicolas Peronnet, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu vendredi 21 avril 2017 à 10:57 Mis à jour le vendredi 21 avril 2017 à 15:02

L'élection présidentielle française passionne aussi nos voisins suisses
L'élection présidentielle française passionne aussi nos voisins suisses © Maxppp - Maxppp

Le premier tour de l'élection présidentielle française sera observé dimanche dans le monde entier, et particulièrement chez nos voisins. En Suisse, "la passion est grande" selon Xavier Alonso, correspondant de la Tribune de Genève à Paris, invité de France Bleu Pays de Savoie ce vendredi à 7h50.

Correspondant à Paris pour la Tribune de Genève, le journaliste Xavier Alonso suit au quotidien la campagne présidentielle française. Selon lui, le scrutin sera très suivi en Suisse, "où la politique est un peu terne, les acteurs moins présents à la télévision". La "campagne spectacle", portée par des "peoples de la politique" intrigue selon lui ses compatriotes, par ailleurs inquiets de la montée des extrêmes : "La France est le quatrième partenaire économique de la Suisse, donc nous avons tout intérêt à ce que le pays aille bien".

ECOUTEZ Xavier Alonso, correspondant à Paris de la Tribune de Genève

"L'attentat à Paris va peser sur l'issue du scrutin" - Xavier Alonso

Xavier Alonso estime que l'attentat qui a tué un policier jeudi soir à Paris va peser sur l'issue du premier tour dimanche : "Il va se passer quelque chose. La campagne était très incertaine jusqu'à la fin, il est très difficile de dire qui va l'emporter, mais cet événement va jouer un rôle". Il s'étonne par ailleurs de la faible place accordée pendant la campagne aux enjeux sécuritaires : "On en a très peu parlé finalement. Cela m'étonne, comme beaucoup de confrères de la presse étrangère. Il y a eu surtout eu des événements de l'ordre de la compétition électorale entre individus, comme la montée de Mélenchon, où les affaires".

L'affaire Fillon justement ? : "En Suisse, aucun candidat ne se serait présenté avec des casseroles. Ça ne veut pas dire qu'il n'y a pas d'affaires chez nous". Quand au plus "suisse" des candidats français ? : "Emmanuel Macron, qui incarne à lui seul le consensus suisse. L'idée qu'une idée de gauche ou de droite peut être bonne. Il y a un réel intérêt pour lui dans notre pays".

  - Aucun(e)
- Denis Souilla / Photos © Maxppp