Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Irène Stoller, ancienne patronne du parquet anti-terroriste : "il ne faut pas oublier ce qu'a été ETA"

vendredi 4 mai 2018 à 11:36 Par Olivier Uguen, France Bleu Pays Basque

C'est la fin d'une semaine historique au Pays Basque, celle où ETA aura annoncé sa dissolution. Invitée de France Bleu Pays Basque, Irène Stoller, ancienne patronne du parquet antiterroriste, se souvient. "Il ne faut pas oublier ce qu'a été ETA, une organisation particulièrement criminelle".

Dissolution d'ETA : Irène Stoller était l'invitée de France Bleu Pays Basque ce vendredi (photo d'archives, 2000)
Dissolution d'ETA : Irène Stoller était l'invitée de France Bleu Pays Basque ce vendredi (photo d'archives, 2000) © Maxppp -

La semaine qui s'achève met officiellement fin à 60 ans de lutte armée, des centaines de victimes, des prisonniers des deux côtés de la frontière, au Pays Basque. Dans un message audio diffusé depuis Genève, en Suisse, ETA a confirmé ce jeudi sa dissolution dans une ultime déclaration. C'est une page de l'histoire du Pays Basque qui se tourne. Invitée de France Bleu Pays Basque ce vendredi matin, Irène Stoller, patronne du parquet anti-terroriste à la fin des années 1990, revient sur ces sombres années, dernière insurrection armée d'Europe occidentale.

"Il y a eu trop de victimes, trop de drames"

"Tout ce qui va dans le sens de la paix est évidemment positif, réagit-t-elle, mais je veux quand même ajouter qu'il ne faut pas oublier ce qu'a été ETA, une organisation particulièrement criminelle, avec des gens qui assassinaient de sans froid, qui enlevaient des chefs d'entreprise (...). Tout ça il ne faut pas l'oublier".

"Ces gens étaient des gens dangereux, explique-t-elle, ils sont encore potentiellement dangereux. Il y a eu trop de victimes, trop de drames dans les familles en Espagne".

Irène Stoller salue l'action des services de police et des magistrats des deux côtés de la frontière. C'est "Charles Pasqua (ministre de l'Intérieur de 1986 à 1988 puis de 1993 à 1995) qui a décidé de lutter contre l'organisation terroriste". "Je pense que si l'ETA n'avait pas été combattu comme il l'a été par les services de police et les magistrats espagnols et français, elle pourrait très bien continuer aujourd'hui. Mais il faut savoir que tous les chefs de l'ETA ont été éliminés les uns après les autres, emprisonnés, que petit à petit le mouvement s'est essoufflé, ils étaient en bout de course".

"Il faut se rappeler qu'à l'époque, la France était la base arrière de l'ETA, se souvient-elle. Et quand ils allaient commettre des attentats au Pays Basque espagnol, voire même à Madrid, ils remontaient se mettre à l'abri chez nous en France, et ils faisaient la fête (...). Il a fallu que le gouvernement français dise qu'on ne peut plus tolérer ce genre de choses, et à partir de ce moment là il y a eu une collaboration très efficace entre services espagnols et français".

Ecoutez l'interview d'Irène Stoller en intégralité, au micro de Paul Nicolaï.

Dissolution : d'ETA : Irène Stoller invitée de France Bleu Pays Basque

Rencontre internationale à Cambo-les-Bains ce vendredi

L'annonce de la dissolution d'ETA est ce vendredi au centre de la "Rencontre internationale pour avancer dans la résolution du conflit au Pays Basque" qui va se dérouler  à Cambo dans la Villa Arnaga. Parmi les participants dont la liste n'a pas été officiellement donnée, Gerry Adams, l'ex dirigeant du Sinn Fèin, des représentants  du PNV de Podemos, ainsi qu'EH Bildu.