Politique

Isère : des élus augmentent leurs indemnités de 140%

Par Denis Souilla et Gérard Fourgeaud, France Bleu Isère mardi 29 avril 2014 à 8:15

Les conseillers communautaires ont quadruplé l'indemnité du président et plus que doublé celle des vice-présidents.
Les conseillers communautaires ont quadruplé l'indemnité du président et plus que doublé celle des vice-présidents. © Maxppp

Les conseillers de la Communauté de communes du Grésivaudan ont voté vendredi l'augmentation des indemnités du président de la collectivité et des quinze vice-présidents. La première vient d'être quadruplée, de 500 à plus de 2000 euros. Les autres ont plus que doublé, passant de 500 à 1200 euros bruts. En temps de restrictions des comptes publics, la décision a du mal à passer.

Les conseillers de la Communauté de communes du Grésivaudan ont voté vendredi l'augmentation des indemnités du président de la collectivité et des quinze vice-président. La première vient d'être quadruplée, de 500 à plus de 2000 euros. Les autres plus que doublées, passant de 500 à 1200 euros bruts. Depuis les élections municipales et communautaires, certains élus qui avaient décidé de baisser leurs indemnités, comme à La Tour-du-Pin ou Grenoble, voici ceux, au contraire, qui augmentent les leurs. En temps de restrictions des comptes publics, la décision a du mal à passer.

418% d'augmentation pour le président

La Communauté de communes du Grésivaudan (Isère) compte 47 communes pour 100.000 habitants. À la tête de la collectivité depuis 2012, Francis Gimbert recevait environ 500 euros bruts, tout comme son prédécesseur, François Brottes, qui était député. Mais Francis Gimbert est simple conseiller municipal, il a démissionné de son mandat de conseiller régional et n'es pas député. Il recevra désormais 2090 euros bruts soit la moitié du plafond autorisé. Cela, personne ne le conteste. En revanche, Geneviève Piccard a voté contre la hausse des indemnités des vice-présidents qui perçoivent non plus 500 mais désormais 1200 euros bruts : "j'ai voté contre parce que je trouve scandaleux qu'il y ait une telle augmentation en période de crise, et il faut savoir par ailleurs que les postes de vice-présidents sont occupés par des maires." L'élue MoDem de Saint-Ismier ne comprend pas l'empilement des indemnités "un cumul de fonctions éxécutives et un cumul d'indemnités." Elle ajoute même que dix jours plus tôt, les maires s'étaient entendus entre eux.

Indemnités / Enro 2

Les seize élus concernés ont donc participé au vote de leur propre augmentation, comme cinquante autres. Dix se sont abstenus et sept ont voté contre.

"Certains vice-présidents ont des activités à mi-temps et n'ont pas de gros salaires"

Sur les quinze vice-présidents, douze cumuleront cette indemnité avec celle de maire. Seulement trois ne sont pas maires, trois femmes. Certains sont retraités et n'ont pas de perte de revenu. D'autres expliquent comme Francis Gimbert, le président de la Communauté de communes du Grésivaudan, qu'ils ont dû réduire leur activité et donc leur revenu. "Certains vice-présidents ont des activités à mi-temps et  n'ont pas de gros salaires, donc c'est quelque chose qu'il faut prendre en compte dans le calcul des indemnités. Alors après, est-ce qu'il faudrait les mêmes indemnités pour tous ? C'est une question que l'on peut se poser... La Loi ne permet pas de faire des indemnités à la carte" , conclut Francis Gimbert. Reste qu'une augmentation de 140%, cela fait rêver. Est-ce scandaleux ou bien l'indemnité était-elle scandaleusement basse jusque-là ?

►►► EN SAVOIR PLUS  |   LES ÉLUS DE LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU GRÉSIVAUDAN.

►►► ET AUSSI  |   DES ÉLUS DE LA TOUR-DU-PIN BAISSENT LEURS INDEMNITÉS  POUR RECRUTER UN POLICIER MUNICIPAL.

Partager sur :