Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Islamo-gauchisme présumé au sein du monde universitaire : la majorité à la mairie de Chenôve se dit "choquée"

-
Par , France Bleu Bourgogne

Dans un long communiqué, la majorité municipale de Chenôve se dit choquée par les déclarations de la ministre Frédérique Vidal demandant une enquête sociologique d'opinion sur "l'Islamo-gauchisme". Une initiative "malheureuse" et "risquée" expliquent les élus qui appellent à se mobiliser.

Les déclarations de la ministre de l'Enseignement, de la Recherche et de l'Innovation, Frédérique VIDAL ont choqué les élus de la majorité à Chenôve
Les déclarations de la ministre de l'Enseignement, de la Recherche et de l'Innovation, Frédérique VIDAL ont choqué les élus de la majorité à Chenôve © Maxppp - Thomas Padilla

Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation depuis le 17 mai 2017 au sein des deux gouvernements successifs de la présidence d'Emmanuel MACRON, demande au CNRS une enquête « sociologique d’opinion » sur l’« Islamo-gauchisme » présumé au sein du monde universitaire. Une initiative qualifiée de "malheureuse" par les élus de la majorité municipale de la Ville de Chenôve près de Dijon. Dans un long communiqué, les élus expliquent qu'ils ne peuvent que s'alarmer de "l'usage inconsidéré de cette formule par les pouvoirs publics et ce gouvernement". 

Une stigmatisation dangereuse ? 

Les élus de la majorité municipale à la mairie de Chenôve rappellent que "la stigmatisation et la criminalisation de l'opinion publique, qui plus est sous l’apparat de formules pseudo-scientifiques, ont toujours constitué un risque aux effets incalculables, d’atteintes aux principes élémentaires du libre-débat et de la _Démocratie_". 

"L'agitation de l’opinion, (...), _détourne une partie de nos concitoyens de l’attention qu’ils prêtent à l'urgence sanitaire, sociale, économique et culturelle du moment présent_. Les élus estiment qu'il s'agit d’un signe inquiétant de l'affaiblissement du pacte démocratique de notre pays et constitue un outil au service d’une politique libérale qui continue d’ignorer les plus faibles tout en stigmatisant celles et ceux qui, à gauche, se saisissent de ces questions dans leur combat pour la justice sociale.

Un parallèle historique inquiétant

La majorité municipale rappelle aussi que ces mêmes dérives du débat public ont déjà jalonné "notre histoire commune à ses heures les plus funestes, comme ce fut le cas dans les années 1930, sous l'influence de l'extrême-droite, lorsque furent forgées les formules de «Judéo-maçonnisme» ou « Judéo-Bolchévisme », adoptés les décrets dits Daladier de mai à novembre 1938, temps qui ont immédiatement précédé et préfiguré le régime de Vichy.

Une dérive maccartyste à la française ? 

Chenôve veut se présenter comme une ville républicaine "profondément attachée à l’indivisibilité de la République et à sa diversité, engagée dans la lutte contre les discriminations et pour la promotion de l’égalité". Pour les élus,  cette dérive enfermeraient les concitoyens dans le faux débat hypocrite qui opposerait d’un côté les « Islamophobes » et de l’autre les « Islamo-gauchistes », "deux formules aussi pernicieuses l’une que l’autre, qui ne sont que des constructions sociales"

Dans ce courrier, les élu.es de la majorité municipale de Chenôve, appellent tous les cheneveliers, et au-delà tous les concitoyens, quelles que soient leurs options philosophiques ou religieuses à se mobiliser pour rejeter sans ambiguïté ces catégories que souhaiterait imposer une certaine France d’en-haut, et qui apparaissent désormais pour ce qu’elles sont : deux outils combinés d’une même escroquerie intellectuelle et politique qui vise à diviser les français."

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix
Choix de la station

À venir dansDanssecondess