Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mort de Jacques Chirac

Jacques Chirac, une histoire corrézienne

- Mis à jour le -
Par , , , France Bleu Limousin, France Bleu Creuse

Jacques Chirac est décédé ce jeudi 26 septembre 2019 à l’âge de 86 ans. Celui qui a été le président de la République française de 1995 à 2007 était aussi profondément attaché à la Corrèze où il a exercé plusieurs mandats. Retour sur son parcours en Limousin.

Bernadette et Jacques venus voter au premier tour des élections présidentielles 2007 à Sarran.
Bernadette et Jacques venus voter au premier tour des élections présidentielles 2007 à Sarran. © Maxppp - Christian Stavel

Jacques Chirac est décédé ce jeudi 26 septembre 2019 à l'âge de 86 ans. L'ancien président de la République est né dans la capitale française mais c'est bien en Limousin, et plus particulièrement en Corrèze, qu'il est devenu un homme politique. De ses 40 années de présence en politique dont 12 en tant que chef de l'État, retour sur celles passées sur le terrain corrézien, un itinéraire qui a débuté entre Ussel et Sarran.

Jacques Chirac laisse sa marque en Corrèze

Tout commence en 1966, c’est à 34 ans que le futur président de la République décide d'entrer en politique en se présentant à la députation à Ussel plutôt qu'à Paris. La Corrèze, c'est un département familier pour le jeune énarque. Berceau familial, il y a passé la plupart de ses vacances entre Sainte-Féréole et Noailhac et il a même été élu conseiller municipal de Sainte-Féréole sans s'être présenté.

Georges Pompidou l'envoie donc arracher la circonscription d'Ussel à l'opposition lors des élections législatives de 1967. Il est alors le fer de lance de l'opération dite des "Jeunes Loups", à savoir l'alignement par le Premier ministre et les gaullistes de jeunes candidats prometteurs pour remporter des bastions traditionnels de la gauche dans le Centre et l'Ouest de la France.

Jacques Chirac inaugure une plaque en mémoire de Georges Pompidou en avril 1977.
Jacques Chirac inaugure une plaque en mémoire de Georges Pompidou en avril 1977. © Maxppp - Keystone Pictures USA

Le “bulldozer” de Pompidou

On le surnomme alors le "bulldozer" de Pompidou, il passe du temps dans les fermes auprès des paysans de Haute-Corrèze, le style Chirac est né ! Il gagne ensuite la confiance de la gloire locale Henri Queuille, bénéficie de l'appui du maire d'Egletons, Charles Spinasse, ancien ministre socialiste de Léon Blum et séduit le sénateur radical Marcel Audy, le maire de Meymac. Jacques Chirac remporte ainsi le siège de député face à Robert Mitterrand en 1967.

En 1970, il devient président du Conseil général tout en conservant également sa fonction de député de la troisième circonscription. C'est le début d'un bail électoral de presque 30 ans dans le département de la Corrèze.

Lors de vœux de Jacques Chirac à Tulle en 2002.
Lors de vœux de Jacques Chirac à Tulle en 2002. © Maxppp - Christian Stavel

Dans le même temps au plan national, il est secrétaire d'Etat à l'Economie et aux Finances, puis ministre chargé des Relations avec le Parlement, en 1972, il prend successivement l'Agriculture, puis l'Intérieur avant de devenir en 1974, le Premier ministre de Valéry Giscard d'Estaing.

En 1976, Jacques Chirac fonde le RPR. Il est élu maire de Paris en 1977. Après un passage au parlement européen de 1979 à 1980, il se présente à la Présidentielle de 1981. Il soutient Giscard arrivé devant lui, face à François Mitterrand qui est élu le 10 mai. En 1986, Jacques Chirac devient le Premier ministre de la première cohabitation.

Il perd à nouveau l'élection présidentielle de 1988 face à François Mitterrand. Il remportera le scrutin en 1995. Jacques Chirac sera Président de la République jusqu'en 2007.

Jacques Chirac, candidat à l'élection présidentielle, s'adresse aux militants du RPR devant une banderole électorale qui porte son nom, lors d'un meeting à Ussel en 1981
Jacques Chirac, candidat à l'élection présidentielle, s'adresse aux militants du RPR devant une banderole électorale qui porte son nom, lors d'un meeting à Ussel en 1981 © AFP - GEORGES GOBET, GEORGES BENDRIHEM

Deux autoroutes, des centres éducatifs, des emplois, des usines...

Parmi les réalisations les plus visibles durant ses fonctions, la plus emblématique sera d'avoir amené deux autoroutes, l'A20 et l'A89. Ces deux rubans autoroutiers ont placé le département, jadis loin de tout, à un carrefour européen. Jacques Chirac aura aussi laissé sa patte avec sa Fondation et l'implantation d'une vingtaine de centres éducatifs en Limousin qui offrent plus d'un millier de places dans la région et qui génèrent encore aujourd'hui près de 800 emplois.

Jacques Chirac, c'est aussi l'arrivée de plusieurs usines qui ont connu depuis diverses fortunes : l'usine Isoroy à Ussel s'est implantée après son intervention auprès de son ami, l'industriel François Pinault. C'est grâce à Jacques Chirac que le CAB rugby a été repris par Jean Claude Panauille avant que le club ne devienne professionnel. C'est aussi lorsqu'il était Premier ministre qu'il a fait inscrire Uzerche dans le plan national de construction des centres de détention. Enfin, Jacques Chirac c'est le musée de Sarran, où il a fait don de près de 5.000 cadeaux reçus lors de ses deux mandats elyséens.

L'entrée du musée du président Jacques Chirac à Sarran.
L'entrée du musée du président Jacques Chirac à Sarran. © Maxppp - Fréderic Charmeux

De rares apparitions ces dernières années

L'ancien président de la République s'est fait de plus en plus rare en public depuis son départ de l'Elysée, après 2007, il est hospitalisé à plusieurs reprises et victime de pertes de mémoires. Le 14 avril 2016, le couple Chirac perd sa fille aînée Laurence à l’âge de 58 ans. Lors des funérailles, on l’aperçoit en fauteuil et très affaibli. L'ancien président n’apparaissait déjà plus que très rarement en public.

En Limousin, la dernière apparition publique de Jacques Chirac en Corrèze remonte au 20 juillet 2013 à Sarran, lors du marché de pays, où il avait fait une brève visite en compagnie de son épouse et de la députée Sophie Dessus. Il s'était isolé dans la salle des fêtes ne recevant que quelques fidèles compagnons de route du temps où il menait campagne en Corrèze.

Jacques Chirac en 2013 aux côtés de son épouse Bernadette et de la députée Sophie Dessus.
Jacques Chirac en 2013 aux côtés de son épouse Bernadette et de la députée Sophie Dessus. © Maxppp - Olivier Seyrac
Les principales dates de la vie de Jacques Chirac.
Les principales dates de la vie de Jacques Chirac. © Visactu - Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu