Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

"L'Etat doit admettre qu'il n'est pas capable de vacciner massivement" : Anne Vignot, maire de Besançon

-
Par , France Bleu Besançon

Face à un manque criant d'approvisionnement du matériel pour vacciner contre le coronavirus, la maire de Besançon Anne Vignot a interpellé le gouvernement avec son confrère dijonnais, samedi 16 janvier 2021. Elle accuse l'Etat de ne pas admettre cette carence et demande plus de transparence.

La maire de Besançon Anne Vignot demande plus de transparence de la part de l'Etat sur la vaccination
La maire de Besançon Anne Vignot demande plus de transparence de la part de l'Etat sur la vaccination © Radio France - Ludovic LAUDE/PhotosPQR

Dans un communiqué co-signé, la maire de Besançon Anne Vignot , et François Rebsamen le maire de Dijon ont dénoncé, "la carence de l’Etat dans la livraison de vaccins" pour les deux villes. samedi 16 janvier 2021. Une carence d'autant plus problématique que nous sommes dans l'une des régions les plus touchées par le coronavirus. Anne Vignot interpelle le gouvernement qui ne répond pas à ses promesses pour "accélérer la vaccination". En tant qu'élue locale, elle demande plus de transparence

Il n'y a pas assez de matériel pour vacciner autant que promis à Besançon

"Les gens sont très surpris quand il s'adressent à la plateforme Doctolib de voir que la vaccination ne pourra pas se faire avant le 12 février prochain à Besançon," s'exclame Anne Vignot samedi 16 janvier 2021. Effectivement, les rendez-vous sont déjà complets pour les quatre prochaines semaines dans les trois centres de vaccination bisontins : l’hôpital, la polyclinique de Franche-Comté et le gymnase Résal. 

La maire assure pourtant que les centres de Besançon était prêts à vacciner en masse, mais le problème vient de plus haut : "on a des difficultés à voir arriver du matériel, comme les aiguilles pour les injections." Anne Vignot a également appris que Besançon recevrait 2.150 doses par semaine pour vacciner dans les trois centres de la ville. Ce qui signifie 1.000 vaccinations par semaine sur le centre communal Résal, "cela limite énormément" ajoute la maire. 

À écouter - Anne Vignot accuse le gouvernement de faire de la publicité mensongère en prônant la vaccination de masse, en réalité impossible : 

"On annonce une accélération de la vaccination, en réalité l'Etat n'a pas possession des vaccins qui permettrait ce déploiement"

Au rythme actuel de livraison, il faudra plus de quatre mois pour vacciner les plus de 75 ans, soulignent les deux élus dans leur communiqué. Or, l'Etat s'engage à aller beaucoup plus vite. 

"Je demande à l'Etat de dire clairement la situation dans laquelle il se trouve"

Pour la maire de Besançon cela atteste d'un manque de coopération entre l'Etat et l'échelon local

En tant qu'élue elle se sent délaissée par le gouvernement. Anne Vignot exige plus de transparence :  "je demande au gouvernement de parler clairement à nos citoyens pour que nous n'ayons pas à gérer de conflits. Nos agents sont au front et volontaires, mais ils voient arriver un mécontentement majeur des citoyens. Je demande à l'Etat de dire clairement la situation dans laquelle il se trouve. On ne voudrait pas revivre l'affaire des masques."

Pour l'instant Anne Vignot et François Rebsamen ont co-signé ce communiqué. Selon la maire de Besançon, la grogne monte dans de nombreuses communes. En lien avec France Urbaine (l'association qui regroupe les villes de plus de 5.000 habitants), divers élus pourraient donc prochainement adresser un courrier au gouvernement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess