Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Un élu du Pontet épinglé pour des propos racistes sur Facebook

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Vaucluse, France Bleu

"Je fonce et j'écrase toute cette merde." Un conseiller municipal du Pontet (Vaucluse) est identifié comme étant l'auteur de ce commentaire sur Facebook après la publication d'une photo de musulmans priant dans la rue. La gendarmerie est saisie par un signalement.

Facebook - photo d'illustration
Facebook - photo d'illustration © Maxppp - .

Le Pontet, France

À la mairie du Pontet, le standard ne cesse de sonner : au bout du fil, des habitants horrifiés ou voulant vérifier que ces propos sont bien ceux d'un élu de leur ville. Le commentaire de Christian Rippert se répand comme une traînée de poudre sur internet. Le conseiller municipal du Pontet (Vaucluse) a écrit le 29 juillet sur Facebook "Je FONCE ET J'ECRASE TOUTE CETTE MERDE" à propos d'une photo de fidèles musulmans pratiquant une prière dans la rue.  

"Ces propos n'engagent nullement la commune du Pontet." Joris Hébrard

Le maire Rassemblement national du Pontet a immédiatement réagi et l'a convoqué à un entretien. Pour Joris Hébrard, "ces propos n'engagent nullement la commune, ni le maire."

"Christian Rippert les a tenus à partir de son compte Facebook personnel et dans le cadre de sa vie privée", explique le maire du Pontet qui "ne cautionne en aucune manière ce commentaire" qu'il juge "stupide", et il le lui a dit. Joris Hébrard relève cependant que sur les dizaines de commentaires écrits sous cette publication Facebook, seul celui de son conseiller municipal pose problème. 

Un signalement à la gendarmerie

Au sein de l'opposition du conseil municipal, des élus sont indignés. "Ces commentaires sont inadmissibles pour un élu de la République", dénonce Jean-Firmin Bardisa, conseiller municipal du Pontet et vice-président du Grand Avignon. "Lorsque l'on a un mandat, on ne peut pas tenir de tels propos." C'est pour cela que l'élu est allé signaler les faits à la gendarmerie cette semaine. Il espère une enquête et en fonction des résultats, Jean-Firmin Bardisa demandera au maire "la démission de Christian Rippert". Depuis qu'il est élu dans l'opposition, il assure pourtant qu'il n'y a jamais eu de débordements dans cette mairie RN, mais pour lui, là "c'est trop grave". 

Le président de SOS Racisme dans le Vaucluse annonce qu'il va saisir dans les prochains jours les autorités politiques et les instances judiciaires afin que ces propos soient punis par la loi. Eric Moustaqil n’appelle pas à manifester pour autant. Le climat social est déjà très tendu en ce moment. "Que chacun prenne ses responsabilités : cet élu doit démissionner pour une question de probité. La justice, elle, doit sanctionner cet appel à la haine raciale, et je lui fais confiance en tant que républicain et laïc."

Le conseiller municipal d'Avignon Amine El khatmi va même plus loin. En tant que président du Printemps Républicain, il  demande au procureur de la République de se saisir directement de l'affaire et réclame à Marine Le Pen et aux instances du RN d'exclure l'élu du Pontet si il est encarté au rassemblement national. Selon les instances départementales du RN, Christian Rippert n'aurait plus sa carte du parti depuis 2017.