Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Je n'ai pas négocié pour afficher mon soutien à Benoît Payan" (Samia Ghali)

-
Par , France Bleu Provence

Après 48 heures de silence Samia Ghali a annoncé qu'elle votera bien pour Benoît Payan pour succéder à Michèle Rubirola lundi lors du conseil municipal de Marseille. Sur France Bleu Provence, ce vendredi matin, elle assure n'avoir rien négocié pour afficher son soutien, elle "respecte le contrat".

Samia Ghali, 2ème adjointe de la ville de Marseille.
Samia Ghali, 2ème adjointe de la ville de Marseille. © Radio France - Camille Payan

On aurait pu penser que le silence durant 48 heures de Samia Ghali après l'annonce de la démission de Michèle Rubirola cachait quelque chose, que la deuxième adjointe se réservait le droit de s'interroger sur son éventuel soutien à Benoît Payan, mais l'ex-sénatrice des Bouches-du-Rhône a coupé court à toute rumeur ce jeudi en annonçant qu'elle voterait pour Benoît Payan lundi matin. Ce soutien a-t-il un prix? Non assure Samia Ghali sur France Bleu Provence. 

"J'ai fait un contrat avec le Printemps Marseillais. Il n'était pas fait avec telle ou telle personne, il n'était pas question de remettre en question ce contrat. Je n'ai rien négocié pour afficher ce soutien." - Samia Ghali

Si la question d'une négociation se pose c'est parce qu'au mois de juillet lors de l'élection de Michèle Rubirola, Samia Ghali s'était montrée dure en affaire. Elle avait décidé de se présenter avant de soutenir la candidature de la future maire.

Le Printemps Marseillais ayant besoin de ses voix pour être élu, elle avait finalement apporté son soutien et obtenu la place de deuxième adjointe. Cette fois-ci elle assure qu'elle n'a plus rien négocié ni pour ses délégations ni pour d'autres échéances électorales comme les départementales. 

"Je ne saute jamais les étapes. C'est une question de principe chez moi. Je vous avoue que je n'y pensais pas (ndlr : aux départementales). Sincèrement."

Samia Ghali qui se dit pressée de travailler avec la majorité pour Marseille, elle estime "que du retard a été pris" depuis le mois de juillet. 

"Ces mois-ci ça n'a pas été facile de travailler dans de bonnes conditions."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess