Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique
Dossier : Immeubles effondrés à Marseille

VIDÉO - Jean-Claude Gaudin "pense très régulièrement à ce dramatique accident" de la rue d'Aubagne

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

Neuf mois après le drame des immeubles effondrés rue d'Aubagne à Marseille, Jean-Claude Gaudin dresse le bilan. Le futur ex-maire de Marseille, invité de France Bleu Provence ce vendredi, appelle d'autre part ses amis à l'union pour les élections municipales à venir.

Jean-Claude Gaudin, maire LR de Marseille
Jean-Claude Gaudin, maire LR de Marseille © Maxppp -

Marseille, France

Jean-Claude Gaudin était l'invité de France Bleu Provence ce vendredi 2 août. Le maire de Marseille reconnait une erreur de communication sur le drame de la rue d'Aubagne. Un drame qui le hante. Il propose trois solutions possibles pour les élections municipales et dit ce qu'il pense de Martine Vassal, Bruno Gilles et Renaud Muselier. Jean-Claude Gaudin annonce enfin que la fusion ne se fera pas entre la métropole Aix-Marseille-Provence et le département des Bouches-du-Rhône. 

400 personnes toujours logées à l'hôtel 

"Il est clair que je pense très régulièrement à ce dramatique accident et à ces huit personnes qui ont perdu la vie ensevelies sous les décombres", s'est ému Jean-Claude Gaudin, neuf mois après l'effondrement des immeubles de la rue d'Aubagne. Mais le maire de Marseille refuse d'y voir un problème propre à Marseille : "J'ai été traîné dans la boue par les médias alors que ça pourrait tout à fait se passer dans d'autres villes françaises", peste t-il en ajoutant qu'un travail très fastidieux a été réalisé par les équipes municipales. 

Selon le maire, sur les 1.900 personnes évacuées, 900 ont pu réintégrer leurs immeubles, 600 autres ont été relogées dans un autre appartement.  Quelque 30.000 repas ont également été servis à tous ceux qui ont dû quitter leur logement. Mais 400 personnes vivent toujours à l'hôtel. 

Au total, près de 10 millions d'euros ont été investis pour répondre à toutes les urgences relatives à ce drame de la rue d'Aubagne, précise Jean-Claude Gaudin.

La victoire du "camp Gaudin" aux municipales passe par l'union

Il n'y a que trois scénarios possibles, à en croire Jean-Claude Gaudin, pour laisser son empreinte à Marseille lors des futures élections municipales : "Soit nous arrivons à faire une liste de très large union ou bien il faudra fusionner les listes pour le deuxième tour", imagine déjà le maire de Marseille, qui n'exclut pas non plus la possibilité d'un "retrait réciproque": celui qui arrive deuxième se retire, tout simplement, au profit de celui qui est en tête. Le maire de Marseille cite l'exemple des élections régionales en 2015 : "Monsieur Castaner l'a fait en se retirant ce qui a permis l'élection de Monsieur Estrosi et par la suite celle de Monsieur Muselier. L'année précédente en 2014, Monsieur Mennucci avait refusé de retirer la liste de la gauche dans le 13 et 14e arrondissement ce qui avait permis au front national de gagner. Je dis à mes amis attention."  

Jean-Claude Gaudin espère et croit qu'un accord peut être trouvé. Il appelle Bruno Gilles a la raison : "Quand on est chef de parti, on est appelé à faire beaucoup de sacrifices. Si j'ai amené mes amis quatre fois à l’hôtel de ville dans le succès, c'est que j'ai dû avaler un certain nombre de choses qui ne me plaisaient pas. Il faudra qu'on arrive à trouver un accord."  

Pas de fusion entre le département et la métropole

"Marseille est devenue une ville pauvre, mais ma fierté est d'avoir toujours, depuis que je suis maire, fait reculer le chômage dans la deuxième ville de France", se satisfait Jean-Claude Gaudin, répondant entre les lignes au président de la région PACA, Renaud Muselier, qui l'accuse depuis plusieurs semaines, d'être responsable de la pauvreté à Marseille.

Jean-Claude Gaudin l'a lâché à demi-mot : "Je pense qu'il n'y aura pas de fusion entre le département et la métropole ou que ce sera renvoyé à plus tard", a dit le maire de Marseille, qui garde un œil intéressé sur les multiples élections qui vont en découler, notamment sur les régionales de 2021. "Je souhaite que monsieur Renaud Muselier constitue une liste de très large union mais qu'il conserve la Région. Il sait très bien, en bon chasseur, qu'il ne faut pas courir deux lièvres à la fois", s'est amusé le futur ex-maire de Marseille, alors que Renaud Muselier est également pressenti pour devenir président de l'Association des régions de France. 

Après les élections sénatoriales, Jean-Claude Gaudin publiera ses mémoires qu'il pimente un peu.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu