Élections

Présidentielle - Jean Claude Mailly (FO) : "On n'est pas des directeurs de conscience"

Par France Bleu Pays Basque, France Bleu Pays Basque vendredi 28 avril 2017 à 11:06

Jean Claude Mailly (FO) refuse de donner des consignes de vote pour le second tour de l'élection présidentielle
Jean Claude Mailly (FO) refuse de donner des consignes de vote pour le second tour de l'élection présidentielle © Radio France - Anthony Michel

Jean Claude Mailly, secrétaire général du syndicat Force Ouvrière, était l'invité de France Bleu Pays Basque ce vendredi matin. Une nouvelle fois, il n'a pas voulu donner de consigne de vote pour le second tour de la présidentielle.

Lundi prochain 1er mai sera la "Journée internationale de solidarité et d'expression des revendications", c'est de cette manière que l'appelle Jean Claude Mailly, secrétaire général Force Ouvrière. Jean Claude Mailly était notre invité ce vendredi matin, de passage au Pays Basque à l'occasion de l'élection du prochain secrétaire départemental.

Pas de mobilisation unitaire

Ce 1er mai, il n'y aura pas un seul rassemblement, mais plusieurs. "On n'était pas forcément d'accord, certains voulaient un seul mot d'ordre politique, on n'a pas voulu".

A moins de deux semaines de l'élection du nouveau président, le syndicat Force Ouvrière refuse de donner des consignes de vote. Pour Jean-Claude Mailly, "il appartient aux citoyens de se prononcer, c'est aussi ça l'indépendance syndicale, un parti politique s'adresse aux citoyens, un syndicat s'adresse aux salariés".

"On n'est pas des directeurs de conscience". — Jean Claude Mailly, secrétaire général de FO

Alors que le (la) futur(e) président(e) va bientôt être élu(e), Jean Claude Mailly constate que "le futur président élu aura une responsabilité très lourde sur les épaules". Il analyse les résultats du 1er tour, "ça montre deux fractures, une sociale, l'autre géographique".

Ce que le secrétaire général Force Ouvrière retient du quinquennat qui se termine, c'est l'engagement qu'avait pris François Hollande pendant sa campagne et "qu'il n'a pas fait, renégocier les textes européens", il pense "que ça a conditionné toute la politique économique et sociale depuis 5 ans".

"C'est ça le crédit des politiques, quand on dit quelque chose, on le fait". — Jean Claude Mailly, secrétaire général de FO

Jean Claude Mailly, secrétaire général du syndicat Force Ouvrière, invité FBPB ce vendredi 28 avril