Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Jean-François Copé : "Mon intégrité et mon honnêteté sont totales"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Jean-François Copé a de nouveau clamé son innocence, mardi soir, dans l'affaire des fausses factures émises par Bygmalion en 2012, expliquant avoir été "abusé" par des "collaborateurs".

Jean-François Copé sur le plateau du JT de TF1
Jean-François Copé sur le plateau du JT de TF1

"Je suis très heureux que la justice soit intervenue vite, je souhaite que toute la transparence soit faite, c'est indispensable". Jean-François Copé est venu s'expliquer, mardi soir, sur l'affaire Bygmalion. Invité du JT de 20h de TF1, celui qui sera encore président de l'UMP jusqu'au 15 juin a de nouveau affirmé qu'il ignorait tout du système de fausses facturations mis en place entre le parti et l'agence de communication Bygmalion, dont il est proche des fondateurs. "La vérité c'est que j'ai découvert tout ça il y a une douzaine de jours dans Libération", a déclaré Jean-François Copé, répétant ce qu'il affirme dans la presse depuis maintenant plusieurs jours, et ce qu'il avait déjà martelé devant ses pairs plus tôt dans la journée, lors d'un bureau politique de l'UMP houleux à l'Assemblée nationale. Comment se fait-il que le président du plus grand parti d'opposition ne se soit pas rendu compte que les comptes de campagne du candidat Sarkozy étaient en partie masqués par ces fausses factures, alors que les sommes s'élèvent à plus de dix millions d'euros ? "J'ai fait confiance aux gens dont c'est le métier, les experts comptables, je ne suis pas repassé derrière", s'est défendu le député-maire de Meaux. " Les grands responsables d'entreprises, ça leur arrive de ne pas savoir ce qui se passe dans leurs filiales [...] Ce sont des collaborateurs qui ont abusé de ma confiance".

"J'ai démissionné de mon propre chef, après en avoir discuté avec les uns et les autres"

Concédant qu'une "partie du ciel" lui était "tombée sur la tête", Jean-François Copé a assuré de sa "totale intégrité" et a expliqué vouloir rester "disponible pour montrer toute sa bonne foi dans cette affaire", réitérant au passage que "jamais, jamais, jamais" il n'avait menti.Lors du bureau politique de l'UMP ce mardi matin, le président du parti n'a pu résister à la pression qui pesait sur ses épaules et a été contraint d'annoncer sa démission, effective au 15 juin. Un trio d'anciens chefs de gouvernement composé d'Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et François Fillon dirigera le parti jusqu'à un nouveau congrès au mois d'octobre. Interrogé sur une éventuelle candidature au poste de président, Jean-François Copé n'a pas souhaité répondre, se laissant ainsi une marge de manoeuvre pour éventuellement tenter de revenir à la tête du parti. D'ici là, il a expliqué qu'il ferait "de la politique autrement".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess