Politique

VIDEO - Pour Jean-François Copé, un pain au chocolat coûte "10 ou 15 centimes d'euros"

Par Géraldine Houdayer, France Bleu lundi 24 octobre 2016 à 11:16

Jean-François Copé estime le prix d'un pain au chocolat entre 10 et 15 centimes d'euros.
Jean-François Copé estime le prix d'un pain au chocolat entre 10 et 15 centimes d'euros. © Maxppp - Christophe Morin

Invité de la radio Europe 1 ce lundi 24 octobre, Jean-François Copé, candidat à la primaire de la droite et du centre, a été interrogé sur le coût d'un pain au chocolat. Il a répondu que pour lui, un pain au chocolat coûtait entre 10 et 15 centimes d'euros. Les réseaux sociaux s'enflamment.

Jean-François Copé risque d'entendre parler de pains au chocolat pendant encore longtemps. Invité d'Europe 1 ce matin, le député-maire de Meaux et candidat à la primaire de la droite et du centre a été interrogé, via la question d'un internaute, sur le prix d'un pain au chocolat.

Je ne sais pas, ça doit être aux alentours de 10 ou 15 centimes d'euros?" - Jean-François Copé

"Je n'en ai aucune idée", répond d'abord jean François Copé. Puis "je ne sais pas, ça doit être aux alentours de 10 ou 15 centimes d'euros?" Réponse immédiate de Thomas Sottto, qui mène l'interview : "Oulala, non, c'est entre 80 centimes et 1 euros 20 selon les boulangeries! " "De toute façon, je n'en achète jamais, il faut que je fasse attention", ajoute le candidat.

Une illustration du décalage avec le quotidien des Français

Très vite, les réseaux sociaux s'enflamment, et les réactions sont très nombreuses sur Twitter. Pour la plupart des internautes, les déclarations du candidat illustrent parfaitement le décalage entre les hommes politiques et la vie quotidienne des Français.

"Je suis très soucieux de ma ligne" - Jean-François Copé

Plus tard dans la matinée, Jean-François Copé a ensuite tenté de se justifier, en réaffirmant qu'il n'avait pas pour habitude de manger de pains au chocolat.

En 2012, Jean-François Copé avait voulu illustrer la pression de certains extrémistes musulmans en affirmant qu'un élève s'était fait voler son pain au chocolat par "une bande de jeunes qui se prenait pour une brigade iranienne de promotion de la vertu" à la sortie du collège, au motif qu'"on ne mange pas pendant le ramadan."

Partager sur :