Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Grand débat national : "De l'enfumage" pour le secrétaire du Rassemblement national dans la Manche

lundi 14 janvier 2019 à 9:03 Par Valentine Joubin, France Bleu Cotentin

Jean-Jacques Noël, secrétaire départemental du Rassemblement national dans la Manche redoute que le grand débat national "ne soit que de l'enfumage, un grand débat pour gagner du temps". Mais il appelle les Manchois à y participer "en masse".

Jean-Jacques Noël, secrétaire départemental du Rassemblement national dans la Manche.
Jean-Jacques Noël, secrétaire départemental du Rassemblement national dans la Manche. - Valentine Joubin

Cherbourg, France

Jean-Jacques Noël, secrétaire départemental du Rassemblement national dans la Manche, invité, ce lundi matin, de France Bleu Cotentin appelle les Manchois à participer "en masse", "pour une fois qu'on les consulte" mais il s'interroge sur la façon dont les questions seront traitées redoutant "un enfumage", un "débat pour gagner du temps".

France Bleu Cotentin : Avez-vous lu la lettre aux Français d'Emmanuel Macron? Qu'en pensez-vous?

Jean-Jacques Noël : Je m'étonne qu'au bout d'un an et demi de mandat, il soit si peu au courant des préoccupations des Français. C'est à peu près cinq pages de questions et on s'étonne de ce décalage entre toutes ces questions qu'il se pose et toutes les attentes des français qu'il devrait connaître depuis le temps. Et, enfin, sur cette lettre qui va nous emmener vers ce grand débat, ces dizaines de questions vont certainement engendrer des millions de contributions et on ne sait pas comment ces remontées du terrain vont être traitées. Nous on a peur que ça parte directement aux oubliettes de la République. Que ce ne soit que de l'enfumage, un grand débat pour gagner du temps".

Appelez-vous les Manchois à y participer?

Bien-sûr, pour une fois qu'un gouvernement les consulte, il faut que les Français y participent, y participent en masse. Nous verrons bien mais, encore une fois, je pense que, malheureusement, c'est de l'enfumage.

Le Rassemblement national a lancé officiellement hier sa campagne pour les Européenne de mai. Votre parti est en tête dans les sondages. Est-ce que c'est une adhésion à votre vision de l'Europe ou le signe de la colère que suscite Emmanuel Macron?

On est déjà arrivés en tête aux Européennes. Je pense qu'ils adhèrent à notre vision de l'Europe. Et puis, l'arrivée d'Emmanuel Macron a permis de rebattre les cartes au niveau politique avec notamment la déliquescence du parti socialiste et l'effondrement des Républicains. Le jeu maintenant électoral est clair. Il y a les mondialistes d'un côté avec ex LR, ex PS représentés par Emmanuel Macron et les patriotes représenté par le Rassemblement national. Le débat pendant les élections sera orienté de cette façon.

Vous avez décidé de renouveler votre parti avec de nouvelles personnalités comme Jordan Bardella, tête de liste à seulement 23 ans. Certains, au sein même du RN, pointent son manque d'expérience...

C'est du sang neuf. Il a l'expérience politique. Bardella a adhéré à l'âge de 16 ans dans le département du 93 donc il faut quand même une certaine conviction, un certain courage pour adhérer à 16 ans à un parti politique. Depuis, il a gravi les échelons un par un, délégué départemental, délégué régional. Il est porte-parole du mouvement depuis quelques mois. C'est quelqu'un qui a toutes les compétences pour porter la liste.

Votre parti est en tête des sondages mais va faire à de la concurrence pour ces Européennes. Nicolas Dupont Aignan, de Debout la France. Certains gilets jaunes évoquent aussi la constitution d'une liste. Leur tendez-vous la main?

Depuis le début nous sommes un des rares, si ce n'est le seul parti politique à avoir soutenu cette action citoyenne. Après s'ils décident de faire un parti politique, une liste nous le prendront comme tel. C'est le jeu de la démocratie.