Politique

Jean-Jacques Urvoas : "Je ne suis pas un oiseau migrateur"

Par Benjamin Bourgine, France Bleu Breizh Izel lundi 8 mai 2017 à 18:47

Le garde des sceaux ce matin à la cérémonie du 8 Mai à Quimper
Le garde des sceaux ce matin à la cérémonie du 8 Mai à Quimper © Radio France - Nolwen Quioc

Le garde des sceaux Jean-Jacques Urvoas était ce matin à la cérémonie du 8 mai à Quimper. Celui qui est déjà candidat à sa réélection sur la circonscription de Quimper a expliqué sa position vis-à-vis du mouvement En Marche ! et de la future majorité présidentielle.

Pour le Garde des Sceaux, cette matinée en Cornouaille a été l'occasion de lancer sa campagne pour l'élection législative dans la 1ere circonscription du Finistère. Il est candidat pour le PS, avec l'étiquette PS, mais ne ferme pas la porte à une collaboration avec la majorité du Président Macron.

" J'ai même été dès ce matin à 9h sur le marché de Bénodet pour commencer la campagne, et pour dire que l'élection d'hier n'est pas une fin, mais un commencement. Ce commencement, il doit se traduire par une Assemblée Nationale avec une majorité forte, pour poursuivre le redressement de la France, dans le service de l'intérêt général ".

Ça fait 10 ans que je suis parlementaire socialiste, je ne suis pas un oiseau migrateur - Jean-Jacques Urvoas, Garde des sceaux

Les affiches du candidat Urvoas, fraichement collées dans la nuit de dimanche à lundi - Radio France
Les affiches du candidat Urvoas, fraichement collées dans la nuit de dimanche à lundi © Radio France - DR

En Marche ? PS ? Avec quelle étiquette les socialistes doivent-ils se présenter ? " ll faut être dans cette affaire extrêmement pragmatique. Ça fait dix ans que je suis socialiste, et je n'ai pas l'intention d'être autre chose qu'un parlementaire socialiste, parce que je ne suis pas un oiseau migrateur. Mais en même temps a été manifesté hier une volonté de rassemblement et de travailler pour que le quinquennat soit une réussite pour le pays. Ni hostilité ni approbation automatique. Donc j'attends le choix du Premier Ministre fait par Emmanuel Macron. Parce que ce choix-là dira beaucoup de l'orientation, mais aussi du périmètre que le Président veut donner à sa majorité ".

" Je suis constructif, j'ai été pendant 5 ans président d'une commission à l'assemblée nationale qui a voté beaucoup de textes. Je suis un parlementaire solide, avec une volonté de rassembler".

L'interview intégrale de Jean-Jacques Urvoas à France Bleu Breizh Izel

Ce week-end, Jean-Yves Le Drian réunissait beaucoup d'élus de gauche en Bretagne, à Lamballe, afin de commencer à discuter avec eux des stratégies du futur quinquennat. Pourquoi Jean-Jacques Urvoas n'était-il pas de la fête ? " Je n'étais pas à Lamballe parce qu'on en avait parlé avec Jean-Yves la semaine dernière. Mais je regarde la démarche avec intérêt. Il faut accepter que nous soyons lucides. Quand les français vont aux urnes, ils ne le font pas impunément. Il y a un message, que je perçois comme une ardente obligation de se dépasser.

Je suis disponible. Mais le Premier Ministre nous dira quelle majorité il veut

Sur bien des sujets, notamment régaliens, la Droite et la Gauche ne disent pas grand-chose. Il faut au contraire construire. Pourquoi irais-je m'opposer à des parlementaires de Droite alors que certains à Gauche n'ont pas voté ces textes ? Moi Je suis disponible, mais la main est au Premier Ministre, c'est lui qui nous dira quelle majorité il veut ".