Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

VIDÉOS - Jean Lassalle : "Je suis le Poulidor des débuts et l’Anquetil de la fin"

mercredi 29 mars 2017 à 10:51 Par Oanna Favennec, France Bleu Gironde et France Bleu

Le candidat béarnais à l’élection présidentielle était ce mercredi l’invité de France Bleu Gironde. Jean Lassalle revendique 15.000 sympathisants, et estime que son vivier peut encore grossir.

Jean Lassalle, ce mercredi dans les studios de France Bleu Gironde.
Jean Lassalle, ce mercredi dans les studios de France Bleu Gironde. © Radio France - Yves Maugue

"J’ai le peuple avec moi", estime Jean Lassalle. Le candidat à la présidentielle explique ce mardi sur France Bleu Gironde qu’il est passé de 2500 sympathisants à 15.000 en trois semaines (notamment sur les réseaux sociaux). Ce qui le conforte dans ses chances d’atteindre un bon score à l’élection présidentielle. Optimiste, il assène : "Il y a un petit quelque chose qui se passe, un petit bout de printemps, un petit bout de sève. Je suis l’homme des finish. C’est-à-dire je suis le Poulidor des débuts, et l’Anquetil de la fin."

Un programme axé autour de la ruralité

Le candidat de la ruralité est également revenu sur son programme : "Les campagnes sont en train de mourir. On compte les derniers paysans, les derniers viticulteurs, y compris dans le Bordelais." Plus globalement, Jean Lassalle décrit un projet qui tourne autour de quelques grands axes : "Je veux reconstruire un Etat, parce que là il y en a plus. Je retire les troupes du Moyen Orient. J’engage un vrai projet diplomatique. J’engage la quatrième arme, pour permettre de lutter contre la cyber-criminalité.[…] Et puis je m’oriente vers la nouvelle grande énergie, c’est le soleil."

Où placer l’ancien vice-président du Modem sur l’échiquier politique ? Est-il encore au centre ? "Je suis avec le peuple", rappelle-t-il, soulignant qu’il a eu le "courage" de quitter le Modem. François Bayrou ne l’a pas soutenu (lui préférant Emmanuel Macron) : "Il aurait été plus inspiré de le faire, et je lui en aurais été reconnaissant puisque je l’ai fait pour lui", regrette Jean Lassalle.

106 ans de mandat

Interrogé sur sa position de candidat du peuple, compte tenu de son nombre de mandats qui, cumulés, s’élèvent à 106 ans, Jean Lassalle se défend : "Moi je n’ai pas tenu de fonctions ministérielles, je ne suis pas un ancien premier ministre, je ne suis pas comme Mélenchon, un ancien ministre.[…] Je ne suis pas non plus Monsieur Hollande, jouant les Monte-Cristo noirs, très noirs, réglant son compte à tout ce qui bouge."

Le parcours politique de Jean Lassalle. - Radio France
Le parcours politique de Jean Lassalle. © Radio France - Oanna Favennec