Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Jean-Louis Gagnaire ne sera pas candidat aux législatives pour "redevenir un citoyen ordinaire"

mardi 11 avril 2017 à 17:35 Par Angy Louatah, France Bleu Saint-Étienne Loire

Le député de la deuxième circonscription de la Loire a décidé de ne pas être candidat à sa propre succession. C'est donc une retraite politique relativement énigmatique pour celui qui a rejoint Emmanuel Macron dans la course à l’Élysée.

Jean-Louis Gagnaire.
Jean-Louis Gagnaire. © Radio France - Tifany Antkowiak

Saint-Étienne, France

Le député de la deuxième circonscription de la Loire, Jean-Louis Gagnaire, ne sera donc pas candidat aux législatives de juin prochain. Lui qui avait choisi Emmanuel Macron pour la présidentielle ne table pas sur un nouveau mandat. Il l'a expliqué ce mardi 11 avril 2017 dans un communiqué dont voici un extrait :

"Après mûre réflexion et après trente-cinq ans de militantisme politique, dix-neuf ans de mandats électifs sans interruption, dont dix années de mandat parlementaire, j'ai décidé de retourner à la “vie professionnelle”, redevenir un citoyen "ordinaire" et "commencer le début du reste de ma vie". Je ne solliciterai donc pas le suffrage des Stéphanois pour un troisième mandat de député en juin 2017."

"Je ne fais pas ce choix pour "quitter la politique avant qu’elle ne m’abandonne ". Emmanuel Macron a en effet de réelles chances de gagner l'élection présidentielle tout comme les candidats de En Marche, d'emporter les élections législatives. C'est d'autant plus vrai dans la 2e circonscription de la Loire où la “Gauche du réel” a réellement progressé depuis mon élection en 2007 et où j’ai été le mieux réélu des députés ligériens avec près de 60 % des voix au 2e tour des législatives de 2012. En l’absence de soutien de la candidate du Front de Gauche." (extrait de communiqué)

Le choix reste donc relativement énigmatique. Il l'explique par exemple par la philosophie du mouvement En Marche : "Je ne doute pas que le choix du renouvellement d'Emmanuel Macron pour les élections législatives viendra à bout des élus qui enchaînent les mandats pour reproduire à l’infini les mêmes schémas dépassés, les mêmes figures imposées."