Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Départementales en Gironde - Jean-Luc Gleyze : "Un homme politique discret qui trace son sillon"

-
Par , France Bleu Gironde

C'est une vague rose qui a déferlé sur la Gironde, dimanche, pour les départementales. Socialistes et écologistes remportent 26 cantons sur 33 et vont permettre Jean-Luc Gleyze de conserver son siège. Portrait de celui qui a su assurer la difficile succession de Philippe Madrelle.

Jean-Luc Gleyze
Jean-Luc Gleyze © Maxppp - maxppp

Déjà réélu dimanche dernier dans son canton du Sud-Gironde, le président socialiste du département Jean-Luc Gleyze a vu un bon nombre de ses alliés s'imposer, ce dimanche 27 juin pour le second tour. Les socialistes, parfois seuls, parfois alliés aux écologistes, remportent 25 cantons sur 33, tandis que les écologistes seuls s'imposent à Talence. Soit une très large majorité pour les roses, avec quelques prises de guerre, comme le canton de l'Estuaire, celui de Gujan-Mestras, où la droite partait divisée, et celui du Nord-Médoc, ravi à Grégoire de Fournas. Le Rassemblement national perd ainsi son seul canton. 

Une majorité qui va donc permettre à Jean-Luc Gleyze d'entamer donc un deuxième mandat à la tête de l’exécutif départemental. Le discret a su tracer son sillon, alors qu'en 2015, peu de Girondins le connaissaient. Il faut dire qu'il était rarement au devant de la scène ou au cœur des polémiques. Et pourtant dans le mandat précédent il était déjà conseiller départemental à Captieux et vice-président de l'action économique. 

Difficile d'exister quand le président d'alors s'appelle Philippe Madrelle, le vieux lion socialiste qui dirige la Gironde depuis 35 ans. Jean-Luc Gleyze, qui représente l'aile gauche du PS, est chargé de sa succession. Le costume est large mais il va très vite imposer sa marque. Son premier fait d'arme : s'opposer à la volonté d'Emmanuel Macron de priver le Conseil départemental de sa compétence sociale au profit de la Métropole bordelaise. Jean-Luc Gleyze se pose en gardien des institutions du département. 

Il est solide comme un forestier, met ses interlocuteurs à l'aise et sait rompre la glace - Jean Petaux, politologue

Deuxième fait marquant de ce premier mandat : il lance l'idée d'un revenu de base universel pour les jeunes entraînant derrière lui une vingtaine de départements socialistes. La proposition n'a pas été retenue mais Jean-Luc Gleyze a lancé un débat qui pourrait un jour revenir d'actualité.

Jean-Luc Gleyze vu par Jean Petaux, politologue

La composition du nouveau conseil départemental de Gironde

Les résultats

Choix de la station

À venir dansDanssecondess