Infos

Jean-Luc Léger est le nouveau président de Creuse Grand Sud

Par Maxime Tellier, France Bleu Creuse jeudi 6 octobre 2016 à 19:04

Le nouvel exécutif de Creuse Grand Sud autour de Jean-Luc Léger
Le nouvel exécutif de Creuse Grand Sud autour de Jean-Luc Léger © Radio France - Maxime Tellier

Sans surprise, les conseillers communautaires de Creuse Grand Sud ont choisi le socialiste Jean-Luc Léger pour succéder à Michel Moine à la tête de la collectivité. Il a été élu par 26 voix contre 17 à son concurrent du Modem, Mathieu Charvillat.

On connait l'équipe qui aura pour mission de sauver Creuse Grand Sud de la faillite : "la tâche sera ardue", avait prévenu Jean-Luc Léger dans son discours de candidature avant le vote. Mais le maire de Saint-Marc-à-Loubaud ne croyait sans doute pas si bien dire ; à l'issue du vote des conseillers communautaires, il se retrouve à la tête d'une équipe qu'il n'a pas choisie.

Les élus du Conseil communautaire ont refusé de reconduire certains vice-présidents sortants, tels Thierry Letellier et Catherine Moulin, qui avaient dénoncé publiquement la gestion de Michel Moine, la manipulation des comptes et appelé tous les élus à un mea culpa après la découverte d'un trou de 4 millions d'euros dans les finances. "Ce soir, on évince ceux qui ont dit la vérité sur la situation", a réagi Thierry Letellier à la sortie du conseil.

Un nouvel exécutif aux airs de cohabitation

Dans le nouvel exécutif figurent aussi des élus de droite : Marie-Françoise Vernat, préférée au sortant Jean-Louis Delarbre pour le poste stratégique de vice-président aux finances et aux ressources humaines. Quant à Valérie Bertin, elle récupère l'action sociale et l'enfance. En 2015, elle était candidate face à Jean-Luc Léger aux élections départementales, tout comme Claude Bialoux, nouveau vice-président à l'assainissement et à l'habitat.

Dans le bureau dirigeant, on trouve enfin quelques proches de Michel Moine : Gilles Palier (économie et tourisme) et Dominique Simoneau (développement durable, rivières et aménagement de l'espace et démocratie participative). Seuls survivants de l'ancienne équipe, Jean-François Ruinaud (voirie) et Philippe Colin (déchets) feront figures de rares alliés de Jean-Luc Léger, qui devra aussi composer avec Mathieu Charvillat, élu 8e vice-président en charge de la culture et de la vie associative.

La nouvelle équipe dirigeante de Creuse Grand Sud fait presque figure de gouvernement de cohabitation. Une équipe resserrée (huit vice-présidents au lieu de onze sous Michel Moine) qui devra prendre des mesures fortes pour redresser les comptes. "Je fais le voeu de ne pas augmenter les impots locaux", a promis Jean-Luc Léger, "mais il y aura des sacrifices à faire". La première décision du président est symbolique : il veut réduire de 25% les indemnités que touchent les élus. Le président percevait 1.000 euros et ses adjoints, 650 euros.

Partager sur :