Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Jean-Luc Mélenchon à Toulouse : "Ils veulent créer une ambiance qui légitime le 49.3"

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

En déplacement à Toulouse jeudi 20 février, le leader de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon a dénoncé l'attitude de La République en Marche à l'Assemblée nationale. Il a également confirmé son soutien à la liste Archipel Citoyen à Toulouse, menée par Antoine Maurice.

Jean-Luc Mélenchon, accompagné du député européen Manuel Bompard, à Toulouse
Jean-Luc Mélenchon, accompagné du député européen Manuel Bompard, à Toulouse © Radio France - Alexandre Berthaud

"Ils sont d'une rage suffocante, des débats j'en ai connu, je ne crois pas me souvenir d'une ambiance aussi volcanique". Jean-Luc Mélenchon se veut calme et posé, il s'exprime assis, dans un bistrot toulousain ("L'itinéraire bis") et s'imagine comme l'antithèse des députés LREM (La République en Marche) dont il dénonce l'attitude. Son vocabulaire utilisé insiste sur les "tranchées", référence à la Première Guerre mondiale, une guerre de position et d'endurance

C'est comme cela que la France Insoumise veut voir la lutte contre la réforme des retraites. Entrée en discussion à l'Assemblée Nationale il y a quelques jours, il accuse la majorité de vouloir réduire le débat, voire de l'envenimer. "À mon avis, ils veulent créer un désordre tel que l'opinion serait préparée à l'idée qu'ils appliquent le 49.3", c'est-à-dire de passer en force. Jean-Luc Mélenchon appelle donc ses alliés dans l'Hémicycle à ne pas se laisser entraîner "à des formes d'exaspération qui donnerait le spectacle qui justifie le 49.3".

Les municipales, un référendum ?

Dans une suite logique, Jean-Luc Mélenchon aborde donc les élections municipales sous le prisme de la lutte sociale. "On a décidé de rejoindre les listes citoyennes, on se montre peu car quand on est dans ce genre de liste on ne vient pas agiter son drapeau toutes les cinq minutes", explique le leader de LFI, en affirmant du bout des lèvres "soutenir" la liste Archipel Citoyen à Toulouse. Mais pour lui, le plus important reste que "les mécontents, ceux qui refusent la réforme des retraites, aillent aux urnes, ne serait-ce que pour donner une bonne leçon à La République en Marche"

Il veut transformer le scrutin en référendum anti-Macron, pour empêcher LREM de "valider" sa politique via les urnes municipales. Jean-Luc Mélenchon, bavard, s'exprime également sur l'affaire Castaner-Faure, sur l'annonce maladroite du gouvernement ("ce sont des mauvais") à propos du communautarisme (dans un département où la loi de 1905 ne s'applique pas), bref, est en campagne et vient par la même occasion tenter de remotiver des troupes de moins en moins nombreuses dans la rue à Toulouse. Ce jeudi ils étaient 2.700 selon la préfecture, 20.000 selon la CGT.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu