Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Jean-Luc Moudenc veut "interpeller l'État" après trois agressions à l'arme à feu cette semaine à Toulouse

-
Par , France Bleu Occitanie

Après trois agressions à l'arme à feu en moins d'une semaine à Toulouse, le maire Jean-Luc Moudenc, fait part de son "inquiétude" et veut interpeller l'État sur le sujet.

Le maire de Toulouse doit rencontrer le Premier Ministre, Jean Castex, à la rentrée
Le maire de Toulouse doit rencontrer le Premier Ministre, Jean Castex, à la rentrée © Maxppp - PHOTOPQR/MAXPPP

Trois agressions à l'arme à feu à Toulouse, en moins d'une semaine. Deux morts, dont l'un qui est le frère de Serge Aurier, l'ancien footballeur du TFC, Christopher Aurier. "De quoi s'inquiéter", affirme le maire Jean-Luc Moudenc. Il dénonce "des actes, des crimes, bien souvent en rapport avec le trafic de drogue, qui se multiplient à Toulouse, comme dans d'autres villes du pays".

À ce propos justement, il explique vouloir interpeller l'état. "J'ai convenu avec le Premier Ministre que j'ai rencontré samedi dernier, de le voir à la rentrée, sur les grands dossiers toulousains, parmi lesquels la tranquillité publique, la sécurité, la justice et la question des moyens", explique le maire réélu le 29 juin dernier.

"Des décisions que seul l'État peut prendre"

"Le maire s'occupe de la police municipale, mais ce sont la police nationale et la justice qui ont la clé dans ces problématiques", ajoute Jean-Luc Moudenc. Les moyens actuels ne correspondraient plus à la situation dans laquelle est Toulouse aujourd'hui. "J'en ai parlé au préfet, au procureur de la République. Il faut que nous soyons dans une démarche coordonnée afin que l'État réexamine la répartition des moyens à l'échelle nationale". 

Avant de poursuivre : "Ce que je crois, c'est qu'il y a des critère nationaux, assez technocratiques, qui font qu'il y a _un décalage entre la réalité du Toulouse d'aujourd'hui et ce qu'était cette ville il y a une dizaine d'années_. Il faut donc que le gouvernement porte un regard nouveau, et prenne des décisions, que lui seul peut prendre." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess