Politique

Jean-Marc Pujol : "Il n'y aura pas de Front national à Perpignan !"

Par Mathieu Ferri, France Bleu Roussillon samedi 15 mars 2014 à 9:50

Jean-Marc Pujol en meeting à Perpignan
Jean-Marc Pujol en meeting à Perpignan © Mathieu Ferri / Radio France

Le maire UMP sortant était en meeting vendredi soir au parc des expositions de Perpignan. Devant un millier de personnes, il a surtout détaillé son programme et critiqué ses adversaires : le Front national et les socialistes.

La force tranquille pour Jean-Marc Pujol. Pendant trois quart d'heure de discours ce vendredi soir au parc des expositions, le maire sortant UMP, fidèle à son style, a un peu égratigné ses adversaires, mais a surtout mis en avant son programme, avec deux axes forts : la fiscalité et la sécurité.

Défendant son bilan, particulièrement sur la fiscalité, le candidat a promis "zéro augmentation " d'impôts sur les six ans à venir, "à la mairie et à l'agglo ".

Sur la sécurité, Jean-Marc Pujol annonce le recrutement de policiers municipaux supplémentaires, et l'implantation de nouvelles caméras de vidéo-protection, pour atteindre le nombre de 300 à la fin d'un éventuel nouveau mandat. Le maire admet cependant que "Perpignan n'est pas Marseille ".

Il a aussi défendu sa politique sociale, et l'implantation de "Maison pour tous", comme celle récemment inaugurée au Vernet, en regrettant n'avoir reçu "aucun centime " de subventions du Conseil général et du Conseil régional (dirigés par le PS). Il a dit aussi miser sur l'aménagement des berges de la Têt pour construire le "Perpignan de demain " et en faire une réelle destination de tourisme. Autre projet : implanter la Faculté de Droit en centre-ville, dans un bâtiment qui serait construit sur la dalle Arago, à côté du Palais de Justice.

Jean-Marc Pujol en meeting à Perpignan - Radio France
Jean-Marc Pujol en meeting à Perpignan © Radio France

"Le FN joue la division des Français" (Jean-Marc Pujol)

Jean-Marc Pujol n'a que peu parlé des adversaires, en ciblant d'abord le Front National, accusé de jouer "la division de Français ". Le maire agitant aussi le bilan du FN à Toulon, Vitrolles et Marignane dans les années 1995, avant de lancer un cri du coeur, en fin de meeting, après une Marseillaise : "Il n'y aura pas de Front National à Perpignan ! "

Le maire a aussi critiqué les socialistes, et leur "bilan catastrophique " au gouvernement.

Jean-Marc Pujol en meeting à Perpignan

Partager sur :