Politique

Jean-Marc Todeschini, le secrétaire d'Etat aux anciens combattants, en visite à Aubusson

Par Jules Brelaz, France Bleu Creuse jeudi 24 mars 2016 à 20:40

Jean-Marc Todeschini, le secrétaire d'Etat aux anciens combattants à Aubusson
Jean-Marc Todeschini, le secrétaire d'Etat aux anciens combattants à Aubusson © Radio France - Jules Brelaz

Lors d'un déplacement à la Cité internationale de la tapisserie, Jean-Marc Todeschini a dévoilé jeudi une maquette de la tapisserie emblème du centenaire de la Première Guerre Mondiale. Le secrétaire d’État chargés des anciens combattants a rappelé que "la France est en guerre".

Arrivé jeudi en milieu d'après-midi devant le musée de la tapisserie d'Aubusson, Jean-Marc Todeschini a été fraîchement accueilli par plusieurs banderoles de la CGT. Une dizaine de salariés CGT de l'hôpital d'Aubusson a (re)fait entendre sa colère face à la fermeture programmée du service de chirurgie. Plus chaleureux a été l'accueil des élus creusois Michel Moine, le maire d'Aubusson, Valérie Simonnet, la présidente du Conseil départementale, Jean-Jacques Lozach, sénateur socialiste ou encore Philippe Chopin, le préfet de la Creuse.

Jean-Marc Todeschini à Aubusson

Jean-Marc Todeschini a observé une minute de silence en mémoire des victimes des attentats de Bruxelles avant de rendre "hommage aux soldats d'hier et à ceux d'aujourd'hui qui luttent contre le terrorisme".

La France est en guerre, une guerre un peu spéciale, un peu bizarre

Le Secrétaire d’État auprès du ministre de la Défense chargé des anciens combattants et de la mémoire a ensuite dévoilé la maquette d'une tapisserie labellisée par la Mission du Centenaire de la Première Guerre Mondiale : "C'est aussi un travail de mémoire qui se fait au travers de cette tapisserie".

Devant l’œuvre Pietà for the First World War  représentant les millions de morts de 14-18, Jean-Marc Todeschini a rappelé que "la France est en guerre, une guerre un peu spéciale, un peu bizarre".

Parmi les anciens combattants présents ce jeudi, Isidore Canova, 94 ans, déporté au camp de concentration de Dachau, se dit sceptique :

On a laissé s'implanter ces jihadistes et puis d'un seul coup on s'aperçoit qu'il y en a partout

"Je ne suis pas contre le gouvernement, loin de là, on a voté pour eux, mais quand même, ils n'ont pas vu venir le danger" déplore Isidore Canova, l'un des trois résistants creusois encore vivants. "Je crois qu'il faut toujours se souvenir parce que pendant 45 ans on a été dans les collèges mais avec ce qui se passe à l'heure actuelle ça me laisse sceptique."

Pietà for the First World War, de Thomas Bayrle - Radio France
Pietà for the First World War, de Thomas Bayrle © Radio France - Cité de la tapisserie d'Aubusson

Fruit d'une collaboration franco-allemande, cette tapisserie monumentale de 20 mètres carrés a été dessinée par l'artiste allemand Thomas Bayrle. L’œuvre fabriquée en France sera exposée à la Cité internationale de la tapisserie durant six mois de l'année et le reste du temps à l'Historial franco-allemand du Hartmannswillerkopf (Haut-Rhin) inauguré le 11 novembre 2017.