Politique

VIDÉO - Front national : refoulé à l'entrée du bureau exécutif, Jean-Marie Le Pen réclame la démission de sa fille

Par Mooréa Lahalle, France Bleu mardi 20 juin 2017 à 11:43

Jean-Marie Le Pen, exclu du FN en août 2015 mais rétabli comme président d'honneur du parti par décision de justice, s'est vu mardi matin refuser l'accès au siège du parti à Nanterre
Jean-Marie Le Pen, exclu du FN en août 2015 mais rétabli comme président d'honneur du parti par décision de justice, s'est vu mardi matin refuser l'accès au siège du parti à Nanterre © AFP - Franck Pennant

Jean-Marie Le Pen, fondateur du Front national, a demandé mardi la démission de sa fille, Marine Le Pen, de la présidence du parti. Ce même jour, le président d'honneur du Front national s'est vu refuser l'entrée de la réunion du bureau exécutif du parti d'extrême droite.

Jean-Marie Le Pen a trouvé grille close au siège du FN ce mardi matin. Il avait pourtant été prévenu. La direction du parti, constituée de Florian Philippot, Nicolas Bay et Marine Le Pen, a fait savoir cette semaine que les grilles seraient fermées et que le président d'honneur ne pourrait pas entrer. Une interdiction à laquelle Jean-Marie Le Pen, accompagné d'un huissier, ne comptait pas se soumettre. Il en a d'ailleurs profité pour délivrer un message à l'attention de sa fille, Marine Le Pen, dont il demande la démission.

Le siège du parti bloqué

La grille du "Carré", le siège du parti d'extrême droite, était bloquée par une chaîne pour empêcher l'accès au cofondateur du Front national. "Je vous demande de prendre acte du fait que les entrées du local où doit se tenir le bureau politique sont condamnées par des chaînes. Comme j'ai passé l'âge de sauter les barrières...", a-t-il indiqué à l'attention de l'huissier qui l'accompagnait.

Devant la presse, le fondateur du FN a rappelé sa situation : "Je n'étais pas convoqué mais je suis membre de droit du bureau pour des raisons statutaires et qui ont été confirmées solennellement par différentes instances judiciaires". "Par conséquent, le bureau du FN, en prenant cette décision, brave à la fois les statuts, les décisions du congrès, les décisions des tribunaux et je dirais les lois de la pudeur la plus élémentaire mais ceci n'est pas fait pour nous étonner", a-t-il lancé.

"On cesse de faire son temps quand on nuit à son mouvement"

Évoquant les "échecs cinglants" de son parti aux élections présidentielles et législatives, le président d'honneur du Front national en a profité pour demander la démission du bureau exécutif du FN puis le départ de sa fille qui préside le parti depuis 2011. "On fait son temps tant qu'on rend service, on cesse de faire son temps quand on nuit à son mouvement par ses positions et son entêtement", a-t-il déclaré à propos de sa fille.

Jean-Marie Le Pen, exclu du Front national en 2015, a mis sur le compte de son éviction les scores à ses yeux décevants du Front national aux dernières élections. La première cause, "c'est l'éviction du président", a-t-il déclaré en parlant de lui-même, évoquant une "faute capitale".

Première réunion au Front national depuis des mois

Le bureau politique du Front national s'est réuni mardi matin pour la première fois depuis des mois. Cette réunion avait pour but d'analyser les deux dernières campagnes électorales qui se sont soldées par l'élection de huit députés FN à l'Assemblée nationale.

Un résultat en deçà des espérances affichées par la parti qui espérait constituer un groupe d'au moins 15 députés.

► LIRE AUSSI : Propos racistes : le Parlement européen lève l'immunité de Jean-Marie Le Pen