Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales 2020 : Jean-Paul Lecoq, candidat à la mairie du Havre est l'invité de France Bleu Normandie

Le député communiste Jean-Paul Lecoq lance officiellement sa campagne ce jeudi soir au Havre. Soutenu par un comité citoyen, il brigue la mairie du Havre en mars prochain. Qui est-il ? Quels sont les enjeux politiques dans la ville du Premier Ministre ?

Jean-Paul Lecoq est candidat à la mairie du Havre
Jean-Paul Lecoq est candidat à la mairie du Havre © Radio France - Amélie Bonté

Le Havre, France

Il lance officiellement sa liste ce jeudi soir, le député communiste Jean-Paul Lecoq, ancien maire de Gonfreville l'Orcher brigue cette fois la mairie d'à côté... celle du Havre. Il a annoncé sa candidature très tôt, en juin dernier et ce jeudi soir le comité citoyen qui le soutient organise une réunion publique de lancement de campagne.Pourquoi est-il candidat au Havre ? A-t-il réussit à rassembler la gauche Havraise ? Jean-Paul Lecoq est invité de France Bleu Normandie ce matin, la radio des municipales.

Qui est-il ?

Jean-Paul Lecoq, c'est un gars du coin. Il est né au Havre, il a 60 ans, il a fait sa scolarité ici et il est électricien de formation. Dés son adolescence il s'intéresse à la politique. Il s'engage en 1972 avec les jeunes communistes et rejoint le parti l'année suivante.

Le mandat de maire, il le connaît parfaitement pour avoir tenu la mairie de Gonfreville l'Orcher pendant 22 ans. Puis il a laissé son siège en 2017 pour redevenir député, un mandat national qu'il avait déjà exercé sous l'ère Sarkozy. Au niveau local, il connaît tous les échelons du pouvoir : il a été conseiller départemental, régional et vice-président de la CODAH (l'ancienne communauté d'agglomération havraise qui a laissé place aujourd'hui à la communauté urbaine Le Havre Seine Métropole). 

Très présent sur les réseaux sociaux, on le croise aussi souvent sur le terrain, auprès des salariés en grève. Ses yeux pétillants, son sourire et bien sur ses convictions sont également de toutes les visites ministérielles porte océane. Il aime se désigner comme le "député du port du Havre". Il est très engagé sur les questions économiques locales mais la santé, l'environnement et le social sont également les combats de Jean-Paul Lecoq. Au sein de la communauté d'agglomération havraise il a prouvé qu'il pouvait dépasser les étiquettes politiques dans l'intérêt de son territoire. 

Quels enjeux politiques ?

Tout d'abord il s'agit de rassembler la gauche havraise. Jean-Paul Lecoq s'est déclaré candidat très tôt, en juin dernier. Les discussions avec les Verts et les Socialistes ont eu lieu tout l'été et jusqu'à la semaine dernière mais pour l'heure, pas d'accord commun, chacun devrait donc partir séparer au 1er tour. Pour les Verts Jean-Paul Lecoq n'est pas "écolo-compatible" sur certains dossiers comme l'avenir de la centrale à charbon du Havre ou encore les subventions accordées à Total ou bien pour l'aéroport. Surtout ils estiment qu'une personnalité ne suffit pas pour rassembler et que là, le député a mis la charrue avant les boeufs. C'est un peu l'état d'esprit des socialistes, davantage portés sur le programme à proposer aux Havrais. 

L'autre enjeu c'est bien sûr détrôner la droite. Certes, qui n'est pas encore en ordre de bataille, suspendue à la décision du Premier Ministre. Une droite Havraise qui risque d'être divisée si Edouard Philippe ne fait pas son retour porte Océane. Il y a donc ici une opportunité pour Jean-Paul Lecoq dans une ville au passé communiste bien sûr... mais qui est à droite depuis 25 ans.

Choix de la station

France Bleu