Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : reconfinement en France à partir de vendredi, jusqu'au 1er décembre

Jean-Pierre Barbier (LR) sur le remaniement : "On est à l'opposé de ce nouveau monde d'exemplarité"

-
Par , France Bleu Isère

Jean-Pierre Barbier, le Président (LR) du Conseil Département de l'Isère a balayé l'actualité au micro de France Bleu Isère : crise au sommet de l'Etat, projet de péage urbain, orientations budgétaires,, baisse du nombre de bénéficiaires du RSA en Isère , lutte contre le réchauffement climatique ...

Jean-Pierre Barbier, président du Conseil Départemental de l'Isère
Jean-Pierre Barbier, président du Conseil Départemental de l'Isère © Radio France - Justine Dincher

Le ministre de la Transition écologique François de Rugy a confirmé jeudi que le péage urbain pour les villes de plus de 100 000 habitants figurait bien dans la dernière version de l'avant-projet de loi d'orientation des mobilités. Pour l'instant aucune grande ville n'a montré son intérêt pour ce dispositif déjà adopté par Londres, Stockholm et Milan.

"Le péage urbain ? On est encore dans l'écologie punitive" — Jean-Pierre Barbier, président LR du Conseil départemental de l'Isère

Jean-Pierre Barbier, le président Les Républicains du Département de l'Isère, n'est pas favorable. "Ce gouvernement n'invente rien. On est encore dans l'écologie punitive, toujours faire payer plus l'usager. Moi je suis plutôt pour des incitations à avoir des pratiques respectueuses de l'environnement. Ce n'est pas en contraignant ce qui ne peuvent pas faire autrement, en les faisant payer qu'on fera progresser l'écologie dans notre pays". 

"Tant qu'on aura pas mis en disposition des Isérois des moyens de transports  dignes de ce nom, ils seront dans leurs voitures" — Jean-Pierre Barbier, président LR du Conseil départemental de l'Isère

Ces mesures incitatives à l'échelon d'un département  sont, selon Jean-Pierre Barbier, de multiplier les parkings-relais pour favoriser le covoiturage, favoriser les liens entre les zones urbaines et péri-urbaines avec des transports en commun. Il faut aussi que l'Etat, en premier, investisse dans les lignes ferroviaires et que la Région investisse aussi, ajoute le président du Conseil départemental isérois. 

"C'est dans leurs compétences. Et tant qu'on n'aura pas mis des moyens de transports en commun dignes de ce nom à disposition des français et des Isérois, ils seront dans leurs voitures. Et en plus on les contraindra à payer !"

"Le cercle des proches autour d'Emmanuel Macron ne s'est pas agrandi, il s'est rétréci" — Jean-Pierre Barbier, le président LR du Conseil départemental de l'Isère

A propos de la démission de trois ministres et du remaniement qui a tardé à être annoncé, Jean-Pierre Barbier parle de "moments difficiles" : "Notre pays vit des moments difficiles. Le nouveau monde qui nous était promis est bien loin de ses promesses. On voit depuis cet été le triste épisode Benalla, ces démissions en chaîne du gouvernement. J'ai le sentiment que ce nouveau monde dont on nous avait fait des promesses invraisemblables d'exemplarité, de justice, on en est à l'opposé complètement".

"Quand on voit que trois ministres d'État démissionnent, remplacés péniblement au bout d'une semaine par Monsieur Castaner qui a été porte-parole du gouvernement, président du parti et maintenant ministre de l'intérieur.  Au bout d'un an et demi, on s'aperçoit que le cercle des proches autour d'Emmanuel Macron ne n'est pas agrandi, mais au contraire, 'est considérablement rétréci". 

"Le budget est contraint et les collectivités perdent de leur autonomie, ce qui est inacceptable" — Jean-Pierre Barbier, président LR du Conseil départemental de l'Isère

"C'est contraire aux lois de décentralisation ! " Le président du Département de l'Isère regrette les contraintes imposées par l'Etat sur le bugdet des collectivités qui voient réduire leur autonomie.  Néanmoins le département respecte depuis 3 ans ce pacte financier, nous n'augmentons pas nos dépenses de fonctionnement de plus de 1 % par an.  La situation financière du département -qui est bonne- nous permettrait de faire plus. Mais avec ce pacte financier, nous ne le ferons pas.

"Nous faisons des économies sur le RSA" — Jean-Pierre Barbier, président LR du Conseil départemental de l'Isère 

"Depuis 3 ans, le département de l'Isère mène une politique de "réciprocité" consentie avec les bénéficiaires du RSA, et le nombre de bénéficiaires a baissé de 10 % en Isère. On a une approche novatrice, nous leur proposons du travail, ce qui leur permet de sortir du dispositif. Leur nombre baisse de 10% en 3 ans, alors que c'est moins 0.6% en Rhône-Alpes". 

"Il n'y a rien dans le budget 2018 sur le Climat, mais il y aura un plan Climat-Énergie dans le prochain budget" — Jean-Pierre Barbier, président LR du Conseil départemental de l'Isère

Lors de la prochaine session d'orientation budgétaire pour 2019, il y aura un plan Climat-Energie, annonce Jean-Pierre Barbier. "Le Département fait déjà beaucoup de choses pour l'isolation de ses bâtiments. . Quand on parle Climat et Energie, on parle beaucoup de la voiture. Mais il ne faut pas oublier que le chauffage urbain est responsable d'une majorité des émissions de gaz à effets de serre. Lors de la prochaine session, nous présenterons tout un programme de  lutte contre cette pollution  et d'incitation". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess