Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Jean-Pierre Marcon referme une page politique de 50 ans en Haute-Loire

C'est ce jeudi que sont organisées les séances d'installation des nouveaux conseils départementaux issus des élections de dimanche dernier. En Haute-Loire, c'est le nom de Marie-Agnès Petit qui circule pour prendre le fauteuil de président du département.

Jean-Pierre Marcon a été conseiller cantonal puis départemental depuis 1979 ; président du Département de la Haute-Loire depuis 2014.
Jean-Pierre Marcon a été conseiller cantonal puis départemental depuis 1979 ; président du Département de la Haute-Loire depuis 2014. © Maxppp - Philippe Vacher

Après 50 ans de carrière politique, et un premier mandat de maire en 1971 à Saint-Bonnet-le-Froid, Jean-Pierre Marcon a décidé de passer la main. il n'était pas candidat cette année aux élections départementales. Et ce jeudi, il assistera une dernière fois, en tant que spectateur, à la séance d'installation de la nouvelle assemblée. 

"Je suis en train de rassembler quelques éléments tout à fait personnels que j'ai accumulés, raconte Jean-Pierre Marcon. Ce n'est pas sans nostalgie d'ailleurs que je le fais. On ne raye pas d'un trait de plume comme ça autant d'engagement politique, notamment au niveau du Département". 

Et parmi les objets qu'il va conserver, des discours, des courriers, et des photos : "et notamment celle où je suis avec celui qui a fait ma vie politique, celui qui est mon mentor, l'ancien ministre Jacques Barrot qui a présidé le département pendant de nombreuses années". 

Jean-Pierre Marcon a conscience qu'avec son départ c'est la démocratie chrétienne qui perd du terrain en Haute-Loire. "C'est une page qui se tourne, oui bien sûr, parce qu'aujourd'hui on va vers une présidence qui sera plus à droite, plus "Wauquiez" si je peux résumer, avec une droite un peu plus dure".  

Alors il s'interroge : "pour moi ce qui a compté c'était l'humain, le respect, l'écoute des autres. Je suis un petit peu inquiet qu'on ne reste pas nécessairement dans cette position-là, mais ceci dit, je ne fais pas de procès d'intention. La nouvelle assemblée sera peut-être motivée de la même façon que je l'ai été pendant de longues années. Moi, personnellement, ça me touche, mais c'est une évolution nécessaire, peut-être, pour notre département et qui aura, peut-être, d'excellents résultats aussi". 

Jean-Pierre Marcon compte s'investir désormais dans des associations, prendre soin de sa famille  et parcourir, une nouvelle fois, les chemins de Compostelle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess