Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Loiret : Jean-Pierre Sueur devient questeur du Sénat

-
Par , France Bleu Orléans

Le sénateur socialiste du Loiret Jean-Pierre Sueur devient questeur du Palais du Luxembourg. L'ancien maire d'Orléans a été désigné par son groupe pour occuper ce poste important dans les rouages du Sénat, puisque les questeurs ont en charge le budget et toute l'administration de la Chambre haute.

Jean-Pierre Sueur, sénateur du Loiret, en juillet 2020
Jean-Pierre Sueur, sénateur du Loiret, en juillet 2020 © Maxppp - Aurélien Morissard

Jean-Pierre Sueur, sénateur du Loiret, va devenir ce mardi l'un des trois questeurs du Sénat, le rôle des questeurs étant de gérer l'administration du Palais du Luxembourg, ce qui leur donne des pouvoirs financiers et de nomination importants. Son groupe "socialiste et républicain" l'a en effet désigné ce lundi pour assurer cette fonction prestigieuse, la décision devant être actée ce mardi au Sénat.

Jean-Pierre Sueur, 73 ans, ancien député, ancien maire d'Orléans, ex-secrétaire d'Etat sous François Mitterrand, est sénateur depuis 2001. Il avait déjà présidé la commission des lois au Sénat de 2011 à 2014, lorsque la gauche était majoritaire à la Haute Assemblée. 

Une mission très importante dans la gestion du Sénat

Le voilà désormais questeur, une "mission particulièrement importante", qui lui permet d'intégrer le bureau du Sénat et lui vaudra une indemnité de fonction supplémentaire (4213 euros bruts par mois, en plus de son indemnité de sénateur). Il faut savoir que les questeurs agissent collégialement au sein d’un conseil de questure qui se réunit en principe une fois par semaine (soit 35 à 40 réunions par an).

"Ces nouvelles attributions sont naturellement compatibles avec l’ensemble du travail parlementaire", précise Jean-Pierre Sueur dans un communiqué : "je continuerai à participer activement aux débats du Sénat, tout particulièrement sur les textes relevant de la commission des lois, en matière notamment de Justice, de libertés publiques, de collectivités locales et de sécurité".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess