Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Jean Rottner, de la médecine d'urgence en Alsace à la présidence de la région Grand Est

La liste de Jean Rottner (LR) est arrivée largement en tête ce dimanche du 2nd tour des élections régionales dans le Grand Est. Le président sortant devrait être reconduit dans ses fonctions ce vendredi 2 juillet, avec cette fois la légitimité des urnes en plus.

Jean Rottner aux commandes de la région Grand Est.
Jean Rottner aux commandes de la région Grand Est. © Maxppp - Alexandre Marchi

En 2017, deux ans après les premières élections régionales et le nouveau découpage territorial, Jean Rottner, seul candidat de la majorité, était devenu président de la région Grand Est en succédant à un autre Alsacien, Philippe Richert qui lui avait décidé de jeter l’éponge. Dans l’hémicycle, 96 élus avaient voté pour lui sur 169 votants.

Quatre ans plus tard, ce sont les électeurs qui confirment ce choix. Selon les résultats définitifs, sa liste (LR) obtient 40.3% des suffrages aux 2nd tour des élections régionales le dimanche 27 juin, loin devant Laurent Jacobelli (RN) et ses 26.3%. Tous les résultats dans cet article.

Défenseur de l’Alsace jusqu’en 2017

En quatre ans, l’ancien maire de Mulhouse a pris ses marques à la tête de la région Grand Est. D’abord en s’affranchissant de son étiquette de défenseur de l’Alsace. Comme son prédécesseur, Jean Rottner était pourtant au départ lui aussi opposé à la région Grand Est. En 2014, il portait une pétition contre la fusion de l’Alsace avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne. 

En 2017, encore, il regrettait "une réforme bricolée", promettait au début de son mandat de défendre l'identité alsacienne, mais d’ajouter ensuite qu’il serait "le président de tous". Pendant son mandat, Jean Rottner s’est donc attaché à sillonner le Grand Est et à ne surtout pas favoriser son ancienne région. Beaucoup d’Alsaciens lui ont reproché cette volte-face, mais elle lui a sans doute permis d’accroître sa notoriété dans les autres territoires du Grand Est. 

Le docteur Rottner et la crise du Covid

C’est surtout la crise sanitaire du Covid qui a renforcé sa stature de président de région et fait apparaître ses ambitions politiques. A compter de mars 2020, pendant des semaines, Jean Rottner a inlassablement donné l’alerte sur "la catastrophe" qui s’abattait sur Mulhouse et l’Alsace. Passant de micros en micros, de caméras en caméras, le président du Grand Est est devenu le médecin-politique incontournable.

Quelques mois avant la crise, face à un service d’urgence fragilisé, il avait repris des permanences aux urgences de Mulhouse. A 54 ans, l’ancien maire de Mulhouse, cultive cette image de lanceur d’alerte qui lui a conféré une notoriété au-delà des frontières du Grand Est. 

Mulhouse, là où tout a commencé 

Malgré cela, Jean Rottner conserve des liens forts avec sa ville natale, Mulhouse. C’est là qu’il a débuté comme médecin urgentiste en 1995, avant de se lancer en politique sous la bannière de l’UDF, puis celle de l’UMP en 2002. 

Six ans plus tard, Jean Rottner est nommé premier adjoint au maire de Mulhouse, Jean-Marie Bockel. Un tremplin qui lui permettra de devenir maire à son tour en mai 2010, suite à la démission de son prédécesseur, puis d’être élu au suffrage universel en 2014. Trois ans plus tard, il quittera son poste pour la présidence de la région Grand Est.  

Les résultats des élections régionales avec France Bleu

Choix de la station

À venir dansDanssecondess