Politique

Jean Rottner remporte les élections municipales à Mulhouse

Par Blandine Costentin, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass lundi 31 mars 2014 à 1:39

Jean Rottner et Jean-Marie Bockel
Jean Rottner et Jean-Marie Bockel © Maxppp

Déjà maire de Mulhouse, mais élu au cours du précédent mandat, l'UMP Jean Rottner s'impose largement au second tour des municipales 2014, avec 45,77% des voix, contre 36,67% au socialiste Pierre Freyburger. Entre les deux tours, le score du FN s'est affaissé, passant de 22% à 17,55% pour sa tête de liste Martine Binder.

Jean Rottner a, en quelque sorte, gagné ses galons de maire de Mulhouse. En 2008, il était élu sur la liste menée par Jean-Marie Bockel. Quand ce dernier décide de se concentrer sur ses fonctions ministérielles et sur la présidence de Mulhouse Alsace Agglomération, il cède son fauteuil à son premier adjoint... Jean Rottner a donc mené et remporté sa première campagne en tant que tête de liste, avec une avance assez confortable : 45,77% pour Jean Rottner, contre 36,67% au socialiste Pierre Freyburger, lui aussi ancien adjoint de Jean-Marie Bockel, quand celui était encore au PS.

"Heureux " de cette "avance claire ", Jean Rottner se réjouit de l'"arrivée, en Alsace, d'une nouvelle génération d'hommes et de femmes politiques (...) il y a une nouvelle dynamique et je souhaite l'incarner ". Ses priorités seront "l'emploi, la sécurité, la fiscalité et le bien vivre ".

Pierre Freyburger , lui, avait les larmes aux yeux en reconnaissant sa défaite : "j'ai eu tout au long de cette journée beaucoup de messages d'espoir de jeunes Mulhousiens qui ne se retrouveront pas dans cette politique "... De nombreux militants ont le sentiment que la liste de gauche a payé "le ras-le-bol " des Français ou encore "les errements de la politique gouvernementale ". 

Richard Kleinschmager : "Mulhouse a longtemps été un phare du socialisme. Quelquechose s'est passé"

Pierre Freyburger a remercié son équipe de campagne via les réseaux sociaux Twitter et Instagram :

  Pour le politologue et géographe **Richard Kleinschmager** , "*Jean-Marie Bockel a réussi sa transmission en cours de mandat. C'est un coup d’audace qui a fonctionné* ". "*Mulhouse a été longtemps un phare du socialisme. Là, on assiste à un véritable basculement, dans une ville structurellement à gauche : 37% des Mulhousiens sont des ouvriers. Quelquechose s’est passé* "... Mulhouse est aussi une ville où le score de l'extrème-droite est traditionnellement élevé, mais entre les deux tours, le score de la tête de liste FN **Martine Binder** a reculé, passant de 22 à 17,5% des suffrages. Pour Martine Binder, certaines voix se sont reportées sur Jean Rottner : "*notre électorat a eu peur que la gauche passe. Si Jean Rottner ne fait pas ses preuves, dans six ans il a du souci à se faire* ".