Politique

Jean-Vincent Placé : "L'objectif de ces élections municipales est de faire barrage à la droite et au front national"

France Bleu Paris Région lundi 3 mars 2014 à 12:46 Mis à jour le mardi 4 mars 2014 à 12:55

Jean-Vincent Placé, invité spécial de France Bleu Midi Ensemble
Jean-Vincent Placé, invité spécial de France Bleu Midi Ensemble © Radio France - Julien Baldacchino

Une fois par semaine, la 1re partie de France Bleu Midi Ensemble, de 12 h à 12 h 30, est consacrée aux municipales. Ce mardi 4 mars, le président du groupe écologiste au Sénat, Jean-Vincent Placé, répondait aux questions de l'équipe de France Bleu Midi Ensemble, et à vos questions par téléphone.

Jean-Vincent Placé était l'invité de France Bleu Midi Ensemble, ce mardi 4 mars, en direct depuis les studios de France Bleu à Paris. Le président du groupe écologiste au Sénat est candidat sur la liste de Sonia Dahou, maire PS sortante des Ullis (Essonne). 

12h-13h30 FB Midi - BLEU NATIO WEB

Interrogé par David Aussillou, en compagnie d'un journaliste de France Bleu 107.1, d'un journaliste de la presse régionale et d'un journaliste de Public Sénat, Jean-Vincent Placé a également répondu aux questions des auditeurs. Au programme de l'interview : la place des écologistes sur la scène politique française, les relations entre EELV et le PS et le travail des écologistes au gouvernement.

Quelle ambition pour Europe Ecologie Les Verts pour les élections municipales ?

 Jean-Vincent Placé se montre optimiste pour les deux tours des élections municipales, le 23 et le 30 mars prochain. L'objectif principal des écologistes est de "faire barrage à la droite et au Front national" et pour l'élu, "un score à deux chiffres est réaliste". 

Mais Jean-Vincent Placé n'oublie pas la baisse de popularité du gouvernement mais se montre serein : selon lui, le bilan des écologistes est bon dans de nombreuses villes.

Egalement interrogé sur les listes tantôt autonomes (35 %) tantôt conjointes avec les socialistes (50%) sur les villes de plus de 10.000 habitants, Jean-Vincent Placé a rappelé qu'il est nécessaire, dans les villes où les candidats socialistes ont du poids, de faire bonne figure. L'écologiste juge même les compromis "équilibrés" et s'appuie sur l'exemple parisien où le bilan, même s'il est insuffisant, reste "très bon". Selon lui, les élus socialistes sont à l'écoute et il n'est pas rare qu'une proposition écologiste soit reprise par Bertrand Delanoë ou Anne Hidalgo.

Les écologistes doivent-ils rester au gouvernement ?

Souvent critiqué pour son manque d'influence sur le gouvernement, EELV ne compte pas s'en retirer. Selon Jean-Vincent Placé, la récolte a commencé : "nous sommes en train de récolter les gains des sujets sur lesquels nous travaillons [...] c'est le moment de continuer à bien bosser".

Déjà membre du conseil municipal des Ullis en 2008, Jean-Vincent Placé avait démissionné de ses fonctions lors de son élection en tant que sénateur. "Si je suis élu, je démissionnerai de mon poste au conseil régional ", a-t-il promis.

 

Partager sur :