Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Jean-Yves Le Drian : « Je serai président de la région Bretagne »

Bretagne, France

Le ministre de la Défense fait une mise au point, ce dimanche 22 novembre. Alors que ces rivaux aux élections régionales lui demandent de choisir entre le ministère de la Défense et sa candidatures aux régionales de décembre, il affirme qu’il fera les deux. Mais précise qu’il ne fera pas campagne.

Jean-Yves Le Drian continue de jouer sur les deux tableaux.
Jean-Yves Le Drian continue de jouer sur les deux tableaux. © Maxppp

C’était devenu impératif, face à la pression des autres camps. Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a fait une mise au point, sur Europe 1, à quinze jours du premier tour des élections régionales. « Je suis totalement concentré sur la mission que m’ont confié le Président de la République et le Premier ministre, sur la défense de notre pays mais je suis candidat à la présidence de la région Bretagne. »

Le breton ne peut effectivement pas se retirer, puisque la préfecture a enregistré sa candidature : « C’est d’abord une obligation juridique, mes listes sont déposées, mais c’est aussi une obligation morale : je me suis engagé à l’égard des bretonnes et des bretons. Donc je tiendrai mon rôle, et je suis candidat à la présidence de la région Bretagne. »

« Pas pour faire de la figuration »

Une candidature qu’il tient à assumer : « Et si je suis candidat à la présidence de la région Bretagne, ce n’est pas pour faire de la figuration. Si je suis élu, je serai président de la région Bretagne. Mais chacun comprendra que, dans cette période, ma campagne soit extrêmement réduite, d’abord parce que le temps de l’hommage et du deuil n’est pas achevé, et ensuite parce que je suis totalement concentré sur ma mission. Mais j’ai annoncé mon projet aux bretonnes et aux bretons, ils le connaissent, et j’ai une très bonne équipe, qui travaille pour cette campagne. »

« Je ne fais pas campagne mais mes colistiers le font » Jean-Yves Le Drian

Un ancien ministre de la Défense s’était amusé en l’imaginant faire campagne sur les marchés, en pleine négociations européennes après les attentats de Paris. Un député socialiste reconnaissait que « même les bretons ne comprendraient pas ».

Une situation que semble avoir comprise le lorientais, puisqu’il ajoute : « Je ne fais pas campagne, mais mes colistiers le font et ils permettent par leur action de développer le projet que je propose aux bretonnes et aux bretons. »

Il restera ministre de la Défense "tant que le Président de la République considérera que c’est nécessaire"

Pas question donc pour le ministre de la Défense d’abandonner son poste à l’Hôtel de Brienne : « Pour que les choses soient claires : je resterai ministre de la Défense tant que le Président de la République considérera que c’est nécessaire ».

« Les Bretons comprendront » Jean-Yves Le Drian

Il envisage d’ailleurs la manière dont il pourra cumuler les deux fonctions et évoque une « situation exceptionnelle », dans ce contexte de guerre : « Si je suis élu président de la région Bretagne, on gèrera avec mon équipe pendant cette période de transition, période intérimaire, avec les compétences de mes vice-présidents. Je suis convaincu que les Bretons comprendront."

Il conclu : « Je suis breton, j’ai pris des engagements, j’ai l’habitude de les tenir. Mais en même temps, le pays est en guerre, ça nécessite de ma part une mobilisation de chaque instant. »

Choix de la station

À venir dansDanssecondess