Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Jean-Yves Le Drian ne sera pas candidat aux élections régionales

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel, France Bleu

Le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a annoncé ce dimanche 24 janvier qu'il ne serait pas candidat aux élections régionales. Il n'a pas annoncé le nom du candidat qu'il allait soutenir.

Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères a été président du conseil régional de Bretagne durant plus de neuf ans.
Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères a été président du conseil régional de Bretagne durant plus de neuf ans. © Radio France - Valentin Belleville

Jean-Yves Le Drian ne sera pas candidat aux élections régionales. Le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères l'a annoncé ce dimanche dans l'émission "Questions politiques" sur France Inter. "J'ai annoncé il y a deux ou trois ans que pour moi le temps des élections était révolu."

Pour autant, "ça ne veut pas dire pour moi que c'est la fin de mon histoire avec la Bretagne", assure celui qui a été président de la région pendant plus de neuf ans. "Mais il y a un temps pour tout. Il faut passer la main et si les élections régionales ont lieu au mois de juin je ne serais pas candidat."

Pas encore de soutien à un candidat

Jean-Yves Le Drian n'a pour autant pas apporté publiquement son soutien à un candidat déclaré. Quand la question lui est posé, il répond un lapidaire "on verra." Son successeur, le socialiste Loïg Chesnais-Girard est officiellement candidat mais a promis qu'il n'était "pas question de faire la course sous l'étiquette du parti de la majorité présidentielle." 

Le ministre s'explique, "je dis on verra parce que je suis convaincu qu'il y a une forme d'agitation sur les élections régionales qui ne correspond absolument pas à ce que pensent nos concitoyens aujourd'hui. C'est vraiment pas leur sujet."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess