Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Réactions en Bretagne après la décision de Jean-Yves Le Drian de quitter le PS

jeudi 8 mars 2018 à 8:01 - Mis à jour le jeudi 8 mars 2018 à 10:23 Par Géraldine Houdayer et Brigitte Hug, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel et France Bleu

L'actuel ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a annoncé, ce jeudi matin, qu'il quittait officiellement le Parti socialiste. Les élus socialistes bretons le regrettent mais estiment qu'il fallait lever l'ambiguïté.

L'actuel ministre des Affaires étrangères jean-Yves Le Drian, fin janvier.
L'actuel ministre des Affaires étrangères jean-Yves Le Drian, fin janvier. © AFP - LUDOVIC MARIN

Bretagne, France

L'actuel ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a annoncé, ce jeudi matin sur la chaîne CNews, qu'il quittait officiellement le Parti socialiste, à quelques jours de l'élection d'un nouveau dirigeant à la tête du PS les 15 et 29 mars. 

Jean-Yves le Drian réplique au PS, qui estime qu'il n'y "aucun socialiste au gouvernement"

"Le responsable du PS aujourd'hui, M. Rachid Temal, a déclaré il y a peu de temps 'aucun ministre ne pourra voter'. Il a déclaré 'il n'y a aucun socialiste au gouvernement', donc j'en prends acte, c'est-à-dire que je me retire du Parti socialiste", a déclaré l'ancien ministre de François Hollande et actuel ministre d'Emmanuel Macron.

"Je me retire du Parti socialiste avec beaucoup d'émotion, ça fait 44 ans que j'en suis membre, avec aussi beaucoup de fierté parce que j'ai participé à des combats sous François Mitterrand, sous Lionel Jospin, sous François Hollande avec qui j'ai toujours une forte amitié, et puis j'ai remporté 13 victoires", a ajouté Jean-Yves Le Drian en référence notamment à la Bretagne dont il a été président de région.

"Je quitte le PS avec émotion, fierté et déception" - Jean-Yves Le Drian

Jean-Yves Le Drian ne rejoint pas La République en marche 

Il a précisé toutefois qu'il ne rejoignait pas La République en marche (LREM) d'Emmanuel Macron.
"Je suis dans la majorité présidentielle. J'ai compris que les socialistes étaient désormais totalement dans l'opposition. Je le regrette et je maintiens mon parcours. Je suis cohérent avec tout ce que j'ai fait depuis que je suis rentré au Parti socialiste", a-t-il assuré.

jean-Yves Le Drian a fait également part de sa "déception" en observant qu'en Allemagne, "près de 70% des socialistes" sont décidés à participer au "gouvernement de compromis" avec Angela Merkel alors qu'en France, le Parti socialiste "se repli(e) dans une opposition sectaire et stérile". "Oui c'est de la déception, mais en même temps je suis déterminé, je suis dans la logique de mon engagement depuis 1974 et j'estime aujourd'hui que la manière d'avancer vers l'Europe, la manière de transformer notre pays, c'est auprès d'Emmanuel Macron qu'il faut le faire et je regrette que le Parti socialiste se replie aujourd'hui dans des convictions qui sont à mon sens dépassées", a martelé l'ancien poids-lourd du quinquennat Hollande.

Les réactions des socialistes bretons

Pas de surprise au conseil régional de Bretagne. La rumeur se faisait de plus en plus insistante depuis quelques mois. Pourtant, il y a des regrets car c'était un président de Région apprécié.  "J'ai eu la chance de travailler à ses côtés.", souligne Georgette Bréard, la vice-présidente, chargée de la formation et de l'apprentissage. "J'ai apprécié la confiance qu'il nous donnait, sa façon de travailler, son leadership et sa vision de la Bretagne, du fait régional. Tout ce qu'il a fait, au cours de ces décennies, c'est une oeuvre monumentale au service de la Bretagne."."Nous sommes tous un peu orphelins.", affirme Maxime Picard, conseiller régional et premier secrétaire fédéral du PS du Morbihan. "Nous sommes pour beaucoup ces enfants en politique. C'est une figure majeure en Bretagne et dans le Morbihan évidemment. Nous lui devons beaucoup de la conquête politique qui fut la nôtre. Ce n'est même pas discutable!". Hors du conseil régional aussi, les élus socialistes bretons reconnaissent qu'ils doivent beaucoup à Jean Yves Le Drian. Pour le sénateur d'Ille-et-Vilaine, Jean-Louis Tourenne, "il a rendu les bretons fiers d'être bretons!". 

En même temps, les élus socialistes estiment qu'une clarification était nécessaire. Pour Maxime Picard, "Jean-Yves Le Drian a fait un choix politique. Il pense que le parti socialiste devrait être une force d'appoint de la majorité macronienne. Ce n'est pas le constat que je fais et que d'autres font. Il est logique que nos chemins nationaux se séparent". 

Jean-Louis Tourenne: «J’ai du mal à croire que JY Le Drian partage les valeurs de ses collègues du gouvernement »

Le sénateur Jean-Louis Tourenne juge que Jean-Yves Le Drian devait sortir de l'ambiguïté. "C'était devenu impossible pour lui. Le parti socialiste, compte-tenu de la politique de Macron, a décidé de se placer dans une opposition ferme.". Plus sévère, l’ancienne ministre socialiste, la finistérienne Marylise Lebranchu tacle son ex-collègue: "Certains qui gouttent au pouvoir ont du mal à y renoncer.".