Politique

Johanna Rolland : "La transparence, c'est essentiel"

Par Typhaine Morin, France Bleu Loire Océan mardi 21 mars 2017 à 7:43 Mis à jour le mardi 21 mars 2017 à 10:20

Johanna Rolland, maire de Nantes
Johanna Rolland, maire de Nantes © AFP - Loïc Venance

La maire de Nantes a dressé son bilan à mi-mandat ce mardi sur France Bleu Loire Océan. Après trois ans de mandat, Johanna Rolland affirme avoir déjà réalisé ou lancé 94% des engagements qu'elle avait pris lors de la campagne en 2014.

Invitée de la rédaction de France Bleu Loire Océan ce mardi, Johanna Rolland tire un premier bilan à mi-mandat. "J'ai tenu 44% d'engagements que j'ai pris lors de ma campagne, et lancé 50% autres". "Des actions utiles et concrètes, avance la maire de Nantes, comme les 250 places en crèches ou 1.990 places dans les parkings relais", avant les 3.000 prévues au total. Ces 94% d'engagements tenus ou lancés, c'est aussi, pour le maire de Nantes, "la garantie qu'à Nantes, une parole donnée, est une parole tenue."

"Nantes cultive son originalité"

Transparence. Et dans le contexte actuel de "doute entre le citoyen et le politique", faire la preuve de cette "transparence, c'est essentiel", estime Johanna Rolland. Et c'est ainsi que depuis ce lundi, la liste des 232 engagements pris pendant sa campagne sont à retrouver sur le site internet de Data Nantes. Et pour s'assurer de cette transparence, la maire de Nantes explique avoir "avoir la commission des places en crèche à l'opposition (municipale), la commission sur les logements sociaux et la commission qui attribue les dérogations de carte scolaire".

Des investissements. "L'originalité de Nantes, assure Johanna Rolland, c'est un projet urbain, mais aussi un projet humain. Nantes continue de faire le choix d'un investissement offensif : la future gare, le CHU, le musée d'Arts, c'est aussi soutenir l'économie locale, soutenir l'emploi local. Et surtout, Nantes investit les sujets d'avenir : quand on double le budget de l'enseignement supérieur et de la recherche, quand on investit la transition numérique et écologique, quand on fait le choix du rayonnement européen, quand je fais le choix de projets originaux (l'arbres aux hérons ou le grand débat citoyen sur la Loire), Nantes cultive son originalité."

Hausse des impôts et baisse des dotations

Fiscalité. Interrogée sur la hausse de la fiscalité et sa promesse de ne pas augmenter les impôts locaux, la maire de Nantes accuse l'Etat et la baisse des dotations aux collectivités. "S'il n'y avait pas eu une baisse drastique des dotations de l'Etat, moins 25 millions d'euros à la Ville, moins 50 millions à la Métropole, il n'y aurait pas eu de hausse d'impôts à l'échelle de la métropole." Et Johanna Rolland rappelle que "pour 60% des Nantais, il n'y a pas eu de changement de leur fiscalité".

Le fini-parti, c'est fini" - Johanna Rolland

Sur la grève des éboueurs, la maire de Nantes s'est montré ferme, même si "on dialogue". Depuis quelques jours, les poubelles s'entassent dans certains quartiers de Nantes. Sur des recommandations de la Caisse nationale d'assurance maladie (CNAM), Nantes Métropole a décidé de mettre un terme au "fini-parti", qui permet aux agents de partir quand leur tournée est terminée. Les éboueurs, mécontents d'avoir été mis devant le fait accompli, ont décidé de respecter à la lettre les recommandations de la CNAM, quitte à ne pas terminer leurs tournées. Mais pour Johanna Rolland, "le fini-parti, c'est fini, on fait le nombre d'heures pour lequel on est rémunéré", tout en assurant que "le dialogue continue".

Caméras et protection des libertés

Sécurité. Interrogée sur la question de la sécurité à Nantes, le maire de Nantes défend d'abord la création de la maison de la tranquillité publique qui permet de centraliser les demandes des Nantais en matière de sécurité et de tranquillité publique, principalement les incivilités. Pour les questions de sécurités, "j'ai aussi fait le choix de recruter 20 policiers municipaux supplémentaires". Johanna Rolland a évoqué la vidéoprotection : "nous réfléchissons à la mise en place d'un centre de supervision urbaine. Les maires de la Métropole qui le souhaitent pourraient mutualiser leurs caméras pour être plus efficaces. C'est la perspective de 200 caméras sur Nantes. Mais en même temps, je serai extrêmement attentive au respect de la protection des libertés avec notamment la mise en place d'un comité éthique."

Pour le maire de Nantes, "la sécurité, ça fait partie de la bataille pour l'égalité. Qu'on soit un homme ou une femme, qu'on habite dans tel ou tel quartier, que ce soit le jour ou la nuit on a ce droit à la sécurité".

Rayonnement de Nantes

L'arbre aux hérons. Ce projet, qui ne sortira pas de terre avant 2021, a été chiffré à 35 millions d'euros. "Nantes doit cultiver son originalité, estime Johanna Rolland. C'est le projet d'un arbre extraordinaire dans un jardin extraordinaire." Et selon le maire de Nantes, les acteurs locaux adhèrent au projet. "Les hôteliers nantais suivent ce projet, c'est bon pour l'économie locale, c'est bon pour l'emploi local, et c'est pour ça que j'ai voulu que ce projet soit construit collectivement. On veut faire de ce projet un démonstrateur des talents du territoire." Et dans une période "un peu morose, on a besoin d'audace".

Notre dame des landes. "Ma position sur l'aéroport est claire et constante, a réaffirmé ce mardi Johanna Rolland. Le sujet, ce n'est même plus de savoir si on est pour ou contre l'aéroport. Il y a eu un référendum, et ce référendum doit être respecté. C'est un impératif démocratique."