Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Johanna Rolland réélue à Nantes, comme une évidence

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Sans surprise, Johanna Rolland sera réélue maire de Nantes en fin de semaine. Sa liste a remporté le second tour des élections municipales ce dimanche. Au cours de son premier mandat, la socialiste a su imposer une vision, un style et une autorité.

Johanna Rolland dimanche soir après la proclamation des résultats à Nantes
Johanna Rolland dimanche soir après la proclamation des résultats à Nantes © Radio France - Typhaine Morin

Quand elle devient maire de Nantes, à 34 ans, tout le monde la voit dans les pas de Jean-Marc Ayrault mais elle apprend vite à marcher seule. Johanna Rolland coupe le cordon avec l'ancien maire sans jamais renier les liens d'amitié qui les unissent. Elle ne se laisse pas impressionner ni dicter ses choix par les "vieux" élus de sa majorité et elle ne se gêne pas pour critiquer son propre parti, aussi bien les frondeurs du Parti socialiste que la politique de François Hollande et de son Premier ministre Manuel Valls. 

Un show sans fausse note et sans accroc

En 2014, Johanna Rolland entre vraiment dans l'arène politique et dès lors, elle va y prendre goût. Ses discours de voeux du Nouvel an en sont l'illustration. Ennuyeux la première année, beaucoup plus stratèges et audacieux ensuite. Devant le "tout Nantes" réuni à la Cité des congrès, elle bluffe son public, seule sur scène, dans un "one woman show" politique récité sans fausse note et sans accroc. 

Un peu raide en début du mandat, avec une communication hyper verrouillée, Johanna Rolland a évolué vers plus d'empathie, elle a montré l'image d'un maire qui discute, qui consulte, qui associe. Elle sourit sans se forcer et serre des mains par dizaines à chaque déplacement dans un quartier. Au fil du temps, le style est plus direct, plus naturel et elle impose une autorité que personne, au sein de sa majorité, ne lui conteste.  

Des convictions, des valeurs et des erreurs

C'est de cette autorité dont elle use pour affronter le gouvernement lors de la crise des migrants au cours de l'été 2018. "Au nom de mes valeurs" explique-t-elle, elle rappelle l'Etat à ses devoirs à maintes reprises et avec des mots très durs alors que des centaines de migrants s'installent à Nantes dans des conditions sanitaires déplorables.

Le maire de Nantes sait donc sortir ses griffes quand il le faut, notamment quand elle est attaquée. Sans doute l'a-t-elle appris de ses échecs, on pense bien sûr au projet raté de nouveau stade, comme une tâche indélébile sur le premier mandat. Ce dossier manquait de cohérence, de rigueur, de consensus, l'inverse de ce que Johanna Rolland a toujours voulu montrer d'elle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu