Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Les élections européennes 2019

Jordan Bardella, tête de liste RN pour les européennes, au centre d'accueil des demandeurs d'asile du Luc

-
Par , France Bleu Provence

En marge d'un meeting ce vendredi soir à Draguignan avec Marine Le Pen, le candidat tête de liste aux élections européennes pour le Rassemblement national, Jordan Bardella, s'est rendu dans l'après-midi devant le centre d'accueil de demandeurs d'asile situé au Luc-en-Provence (Var).

Jordan Bardella (2ème à gauche) et Pascal Verrelle (2ème à droite) devant le centre de demandeurs d'asile du Luc en Provence
Jordan Bardella (2ème à gauche) et Pascal Verrelle (2ème à droite) devant le centre de demandeurs d'asile du Luc en Provence © Radio France - C. MARQUES

Il était question d'une visite dans le programme officiel, mais c'est simplement un coup d'œil à quelques mètres de la porte d'entrée du centre d'accueil pour demandeurs d'asile qu'a jeté Jordan Bardella. La tête de liste Rassemblement national pour les élections européennes s'est en effet rendu devant l'établissement avec le maire de la commune. Ce dernier, Pascal Verrelle, a regretté de ne pas être en mesure de lui donner des informations sur "le nombre de migrants présents dans ce centre, ni sur leur nationalité et sur le temps qu'ils vont rester. Or je dois assurer la sécurité de mes concitoyens". 

Un message entendu par Jordan Bardella qui regrette le manque de transparence, notamment sur la possibilité de la présence d'éventuels fichés S au sein des demandeurs d'asile accueillis dans le centre. "Les maires ne sont pas consultés, donc la population non plus devant cet afflux de migrants qui se poursuit, alors qu'on nous dit que le flux s'est tari. Or on sait que deux tiers de ces migrants sont déboutés de leur demande d'asile car ils ne fuient pas la guerre et 95% restent chez nous et donc restent à la charge de l'État. Nous assumons de dire qu'en l'état actuel, il faut que les moyens de l'État soient réservés à nos compatriotes".

Les principales têtes de liste aux européennes.
Les principales têtes de liste aux européennes. © Radio France - France Bleu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess