Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Jordan Grosse-Cruciani (FN, Vosges) "un peu déçu par la défaite", mais satisfait par un score "historique"

lundi 8 mai 2017 à 12:18 Par Magali Fichter et Mathieu Barbier, France Bleu Sud Lorraine

Marine Le Pen a été largement battue au deuxième tour de la présidentielle, avec moins de 34% des voix. Mais dans les Vosges, elle obtient près de 45% des suffrages. Jordan Grosse-Cruciani, secrétaire départemental du FN, souligne tout de même "un score historique" de la candidate FN.

Jordan Grosse-Cruciani
Jordan Grosse-Cruciani © Radio France - Lucas Valdenaire

Vosges, France

"Un peu déçu, comme toutes les défaites". Jordan Grosse-Cruciani, secrétaire départemental du Front national dans les Vosges, l'admet. Mais il veut souligner aussi "une satisfaction, parce ce que c'est aussi un score historique, 11 millions de voix, c'était inespéré pour notre parti il y a encore quelques années. A chaque élection, nous augmentons. C'est grâce à la personnalité de Marine Le Pen, et aussi grâce au fait d'avoir un travail de terrain, un programme qui se construit de plus en plus".

Pas la faute "au débat", mais au "battage médiatique"

Marine Le Pen était créditée d'environ 40% des voix au lendemain du premier tour, elle n'en obtient finalement que 34%. Mais Jordan Grosse-Cruciani refuse de voir dans le score du Front national une conséquence de la prestation de Marine Le Pen au débat d'entre-deux tours : "On a eu des avis négatifs et aussi très positifs par rapport à ce débat. Je pense surtout que c'est à cause du battage médiatique qu'on a eu pendant deux semaines, avec 99% des rédactions contre nous."

Dimanche soir, lors de la soirée électorale, le Front national a d'ailleurs refusé d'accréditer une partie de la presse. Jordan Grosse-Cruciani admet que c'est "un peu dommage. Mais par exemple, Le Quotidien de Yann Barthès est-il un média ? Et Mediapart avait déjà fait ses articles avant d'arriver." Reste qu'en tout, une dizaine de médias n'ont pas pu accéder à la soirée de Marine Le Pen.

La position sur l'euro "peut-être pas assez bien expliquée"

Le secrétaire départemental du FN admet toutefois une "confusion" sur l'euro, "dans l'esprit des électeurs, avec plusieurs lignes, plusieurs opinions. Mais pour moi, ça avait toujours été clair. Aller négocier à Bruxelles, et ensuite soumettre ces propositions en référendum aux Français. Cela n'a peut-être pas assez bien expliqué ou développé, et les électeurs n'ont pas forcément compris".

Nous sommes les seuls à être crédibles pour la bataille des législatives et pour incarner l'opposition" - Jordan Grosse-Cruciani

Marine Le Pen a évoqué une transformation profonde de son parti. Pour Jordan Grosse-Cruciani, "on verra bien ce qui sera proposé lors du prochain congrès l'année prochaine, un changement de nom, ou autres. Mais actuellement, nous sommes les seuls à être crédibles pour mener la bataille des législatives et pour incarner l'opposition à Emmanuel Macron".

Retrouvez l'interview de Jordan Grosse-Cruciani et les résultats dans les Vosges.