Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Elections 2017 : journal de campagne

Journal de campagne | J-26 : Cheminade et Le Pen devant le Medef, Hamon à Berlin, Macron évoque les législatives

mardi 28 mars 2017 à 18:50 Par Tifany Antkowiak, France Bleu

Le premier tour de l'élection présidentielle aura lieu le 23 avril, soit dans 26 jours. Pendant cette dernière ligne droite, France Bleu vous présente l'essentiel de la campagne dans un journal de bord quotidien. Aujourd'hui notamment, l'audition de quatre candidats par des chefs d'entreprise.

Jacques Cheminade, Emmanuel Macron, Marine Le Pen et François Fillon se sont exprimés mardi devant une centaine de chefs d'entreprise.
Jacques Cheminade, Emmanuel Macron, Marine Le Pen et François Fillon se sont exprimés mardi devant une centaine de chefs d'entreprise. © AFP - Eric Piermont

Que s'est-il passé ces dernières heures dans la course à l'Élysée ? Le journal de campagne de France Bleu sera là chaque jour pour vous en livrer l'essentiel. Ce carnet de bord se poursuit ce mardi avec l'intervention de quatre candidats devant une centaine d'entrepreneurs, le déplacement de Benoît Hamon à Berlin, les premières pistes d'Emmanuel Macron pour les élections législatives, et le refus de Jean-Luc Mélenchon de participer à un débat télévisé à trois jours du premier tour du scrutin présidentiel.

  - Aucun(e)
-

Quatre candidats à l'élection présidentielle (Emmanuel Macron, Marine Le Pen, François Fillon et Jacques Cheminade) ont exposé mardi leurs programmes économiques devant une centaine d'entrepreneurs réunis à Paris par le Medef et des fédérations et mouvements patronaux. La question de la place de la France dans l'Europe a été un thème central de cette première "matinale présidentielle" du Medef. Marine Le Pen a défendu la sortie de l'euro, point phare de son projet, qui est vivement critiqué par de nombreux économistes et chefs d'entreprises. "Je mets les pieds dans le plat et assume de le dire: dans le contexte économique tel qu'il nous est imposé par les traités européens, le retour de la croissance et de l'emploi ne sont plus possibles", a-t-elle lancé. Le candidat du parti Solidarité et Progrès, Jacques Cheminade a lui aussi prôné une sortie de l'euro, mais pour recentrer l'Europe sur six pays fondateurs et pour avoir une nouvelle monnaie commune. Emmanuel Macron et François Fillon, les deux autres candidats qui participaient à cet événement, ont insisté eux sur l'importance du projet européen.

  - Aucun(e)
-

Chacun de nos candidats sera investi sous la bannière de la majorité présidentielle et non d'une étiquette ancienne et devra se rattacher politiquement et administrativement à cette majorité" - Emmanuel Macron

Emmanuel Macron a abordé lors d'une conférence de presse à son QG de campagne la question des élections législatives, qui se tiendront les 11 et 18 juin 2017, assurant que son éventuelle future majorité, née de ces élections se créera naturellement dans le sillage de la victoire à la présidentielle, "grâce à la qualité de nos candidats" dont la moitié sera issue de la société civile. Le candidat d'En Marche: a indiqué que "577 candidats" seront investis "par vagues successives dans les prochaines semaines et d'ici au lendemain du second tour de la présidentielle", en précisant que ces candidats porteront l'étiquette de son mouvement et aucune autre.

  - Aucun(e)
-

La proposition du jour est signée Marine Le Pen, et concerne la relation entre les petites entreprises et les banques. À l'occasion de son audition devant des entrepreneurs dans le cadre des matinales présidentielles du Medef, la candidate du Front national a expliqué vouloir obliger les banques à accorder des prêts aux petites entreprises à des taux préférentiels, "avec l'aide de la Banque de France". Interrogée sur les moyens de forcer les banques à appliquer ces taux, la présidente du FN a répliqué, sans donner de détails, "croyez-moi, les moyens existent".

  - Aucun(e)
-

Un débat télévisé à trois jours du premier tour de l'élection présidentielle, est-ce bien judicieux ? Absolument pas si on en croit Jean-Luc Mélenchon. Le candidat de la France insoumise a expliqué mardi sur son blog qu'il ne comptait pas participer au débat organisé par France 2 avec l'ensemble des candidats le 20 avril, à trois jours donc du premier tour.

"La chaîne ne s'est pas demandée si nous sommes d'accord pour mettre en jeu toute notre campagne 48 heures avant le vote, ni ce que nous avions prévu de faire à cette date, ni s'il est décent et conforme qu'une campagne électorale s'achève par un événement auquel il est impossible de répliquer le cas échéant", a écrit Jean-Luc Mélenchon. Emmanuel Macron a lui aussi laissé entendre mardi que la date du 20 avril ne lui convenait pas. Le groupe France Télévisions a annoncé mardi qu'il maintenait ce débat.

  - Aucun(e)
-

Benoît Hamon était en visite à Berlin ce mardi, où il a notamment reçu le soutien du président des sociaux-démocrates allemands Martin Schulz, qui avait pourtant semblé préférer Emmanuel Macron, qui était lui en visite dans la capitale allemande le 19 mars. Les deux hommes ont donc fait une mise au point. Benoît Hamon a aussi rencontré la chancelière Angela Merkel, avec laquelle il a marqué sa différence sur la question des politiques budgétaires européennes. Benoît Hamon propose, à la place de l'Eurogroupe, une nouvelle assemblée composée de députés issus des Parlements nationaux et du Parlement européen, qui pourrait décider du budget de la zone euro, mais aussi des politiques d'harmonisation fiscale et sociale, des cibles à adopter dans la réduction des déficits, etc.

- - Aucun(e)
-

Pas sûr que cela leur fasse plaisir... François Asselineau a comparé ses adversaires Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, estimant que tous deux essayaient de "manger à tous les râteliers", alors qu'il était interrogé par Caroline Roux dans l'émission "Les quatre vérités" sur France 2, à propos d'une éventuelle sortie de l'Union européenne pour la France.