Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Un collectif demande que l'acte XII des gilets jaunes se passe devant les commissariats

-
Par , France Bleu Pays Basque, France Bleu

Un collectif de gilets jaunes "victimes des violences policières" veut coordonner l'action judiciaire. Il appelle à manifester devant les commissariats et gendarmeries partout en France le 2 février pour l'acte XII des gilets jaunes.

 Un collectif de gilets jaunes demande l'interdiction des grenades explosives et des LBD (Flashball)
Un collectif de gilets jaunes demande l'interdiction des grenades explosives et des LBD (Flashball) © Maxppp -

Bayonne, France

"Symboliquement, c'est fort". Antoine Boudinet a perdu sa main lors d'une manifestation des gilets jaunes à Bordeaux.  Avec le "collectif de victimes contre la répression policière", il appelle à manifester devant les commissariats et les gendarmeries, le samedi 2 février. Ce jour-là correspondra à l'acte XII des gilets jaunes. Le collectif appelle les gens à venir "avec des béquilles et des bandages pour symboliser les violence policières. Ça montrerait le soutien des gilets jaunes et autres manifestants parce que ça touche tout le monde", pour Antoine Boudinet, invité de France Bleu Pays Basque ce jeudi matin.

Interdire grenades explosives et lanceurs de balles

Antoine Boudinet a perdu sa main à cause d'une grenade GLI-F4 - Radio France
Antoine Boudinet a perdu sa main à cause d'une grenade GLI-F4 © Radio France - Thibaut Lefèvre

Le collectif qu'il a créé avec d'autres blessés durant les manifestations n'en est encore qu'à ses débuts, et vise à faire interdire grenades explosives et lanceurs de balles de défense (LBD). "On n'en est encore qu'au début. J'ai été en contact avec des gens qui travaillent sur ces cas, et il faudra plusieurs années" pour faire interdire les armes, explique celui qui est amputé de sa main droite.

Et les policiers ?

Mais les manifestants ne sont pas les seules victimes. Les policiers recensent six invalidités permanentes dans leurs rangs, depuis le premier week-end de manifestations, et on les a vus encerclés par des manifestants hostiles. Pour Antoine Boudinet, "il faut arrêter l'idée de police de répression, et rétablir les gardiens de la paix et la police de proximité. Ça ne peut pas tenir : ils sont de plus en plus acculés, et les manifestants sont de plus en plus violents. C'est un cercle de violence tel, qu'au bout d'un moment on va en arriver à des extrémités inimaginables". Pour rompre ce cercle, il demande au gouvernement de "faire le premier geste : qu'ils arrêtent d'utiliser ces armes."

Faire son deuil

Son association travaille aussi à recenser et coordonner les plaintes des blessés. Beaucoup sont encore dans l'expectative, "ça n'est pas facile de porter plainte, explique le jeune Bayonnais. Il faut prendre son temps, on parle d'un processus de deuil. Quand il s'agit de la perte d'une mâchoire, d'un œil, ou d'une main, chacun prend le temps qu'il peut par rapport à ça".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu