Infos

L'ambassadeur de France désigné persona non grata aux 20 ans du génocide rwandais

France Bleu lundi 7 avril 2014 à 10:53

Le mémorial du génocide rwandais, à Gisozi
Le mémorial du génocide rwandais, à Gisozi © MaxPPP

L'ambassadeur de France au Rwanda, Michel Flesch, n'est plus accrédité pour assister aux commémorations du 20e anniversaire du génocide au Rwanda. Le diplomate a vu son accréditation retirée après que la France a annulé - puis confirmé - sa présence lors de ces cérémonies, ce week-end.

Michel Flesch, l'ambassadeur de France à Kigali, est officiellement "persona non grata " pour les commémorations du 20e anniversaire du génocide rwandais. "Hier [dimanche] à 22h30, le ministère des Affaires étrangères rwandais m'a téléphoné pour m'informer que je n'étais plus accrédité pour les cérémonies ", a-t-il raconté à l'AFP. L'ambassadeur ne pourra pas non plus se rendre sur le site du mémorial de Gisozi pour y déposer une gerbe.

Le président rwandais Paul Kagame a une fois de plus accusé la France d'avoir "joué un rôle direct dans la préparation du génocide " et d'avoir participé "à son exécution même " . A la suite de ces propos, Christiane Taubira, ministre de la Justice, a décidé d'annuler la participation française aux commémorations, avant de se rétracter et d'annoncer que la délégation française serait finalement représentée par l'ambassadeur Michel Flesch. Après que celui-ci a vu son accréditation retirée, la France ne sera donc pas du tout représentée

Déjà un incident diplomatique en 2004

C'est un nouveau pic de tensions entre la France et le Rwanda, qui exige des excuses françaises pour le génocide qui a vu quelque 800.000 personnes massacrées en 1994. A l'époque, la France était alliée du régime Hutu, à l'origine du génocide. Même si la France a reconnu en 2010 "de graves erreurs d'appréciation ", elle a toujours refusé de présenter des excuses publiques , malgré une réconocilitation officielle il y a quatre ans.

En 2004, un incident diplomatique entre la France et le Rwanda avait déjà marqué les commémorations du 10e anniversaire du génocide. Paul Kagame s'en était déjà pris aux Français "qui ont l'audace de rester là sans s'excuser " . Le secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères de l'époque, Renaud Muselier, avait alors raccourci sa visite dans le pays. 

Partager sur :