Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

L'ancien député du Bas-Rhin Armand Jung est décédé

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

La figure socialiste et ancien député du Bas-Rhin Armand Jung est décédé ce mercredi 31 juillet à l'âge de 68 ans. Il est mort à l'hôpital de Hautepierre de Strasbourg où il était hospitalisé depuis décembre pour une hémorragie cérébrale.

Armand Jung à Paris, le 26 janvier 2014.
Armand Jung à Paris, le 26 janvier 2014. © Maxppp - Christophe Morin

Strasbourg, France

L'ancien député socialiste de la première circonscription du Bas-RhinArmand Jung est décédé à l'hôpital de Hautepierre à Strasbourg ce mercredi 31 juillet, apprend-t-on de ses proches.  Il avait été hospitalisé en décembre pour une hémorragie cérébrale.  Armand Jung avait démissionné de son poste de député il y a trois ans suite à un malaise cardiaque dans le jardin de l'Assemblée nationale .  

"Il a incarné la fonction de député comme personne", Eric Elkouby, député socialiste de la première circonscription du Bas-Rhin

Son successeur à la députation du Bas-Rhin le socialiste Eric Elkouby était à ses côtés ce mercredi :  "C'est mon père spirituel, nous étions très proches depuis près de 20 ans". "Il a incarné la fonction de député comme personne", ajoute Eric Elkouby, très ému.

Une carrière d'engagement

C'est en prison qu'Armand Jung, issu d'une famille lorraine de mineurs de fond, a démarré son parcours politique. Trois mois de préventive en 1975 à Fleury-Mérogis pour tentative de démoralisation de l'armée après avoir signé une pétition ;  Armand Jung bénéficie d'un non lieu. 

Le jeune homme rejoint ensuite le Parti Socialiste, et prend pour modèle Michel Rocard.  1986, il fait son entrée au Conseil Régional d'Alsace puis au conseil général du Bas-Rhin deux ans plus tard où il siégera 22 ans. 

En 1997, à la suite de la dissolution de l'Assemblée Nationale, il devient député-suppléant de Catherine Trautmann qui lui cède son siège lorsque la maire de Strasbourg est nommée ministre de la culture (dans le gouvernement Jospin).  Armand Jung est réélu trois fois en 2002, en 2007 puis en 2012.  

Ce n'est qu'en 2016 qu'Armand Jung se retire, suite à un malaise cardiaque. Sa démission entraîne une législative partielle dans la première circonscription du Bas-Rhin.   Infatigable défenseur du droit local alsacien-mosellan,  de la charte sur les langues régionales, Armand Jung a aussi été l'artisan de la proposition de loi de lutte contre la prostitution votée en 2016.