Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales : l'ancien maire d'Orléans Serge Grouard veut être chef de file des Républicains

-
Par , France Bleu Orléans

Serge Grouard le dit : l'ex maire d'Orléans a sollicité la commission nationale d'investiture des Républicains afin d'être désigné "chef de file" de son parti pour les municipales 2020. "Cela ne veut pas dire pour autant que je serai tête de liste, je veux la meilleure solution pour Orléans."

Serge Grouard, le 19 juin 2019
Serge Grouard, le 19 juin 2019 © Radio France - Antoine Denéchère

Orléans, France

Serge Grouard a sollicité la commission nationale d'investiture (CNI) des Républicains pour être choisi comme chef de file de son parti aux élections municipales des 15 et 22 mars 202 à Orléans. L'ex maire (2001/2015) confirme à France Bleu Orléans cette information de nos confrères de La République du Centre. 

C'est un pas de plus vers une candidature Grouard donc, et un possible affrontement avec son ex premier adjoint Olivier Carré, aujourd'hui maire d'Orléans et candidat déclaré.

Serge Grouard a adressé, ce mercredi, un courrier à Eric Ciotti, président de la CNI, et à Christian Jacob, président du parti Les Républicains, élu dimanche dernier. "On m'a sollicité pour "y retourner" sur Orléans et être chef de file. J'ai parlé longuement au téléphone à Eric et Christian ces derniers jours. J'ai réfléchi et j'ai dit OK", précise celui qui est toujours conseiller municipal d'Orléans.

Cela ne veut pas dire que je serai tête de liste !

Serge Grouard ajoute : "il y a une procédure à respecter, donc rien n'est acté à ce stade. La commission nationale d'investiture doit maintenant se prononcer, c'est elle qui décidera". On ne sait pas à quel moment cette commission se réunira et statuera sur le cas d'Orléans. Et l'ex député-maire, qui a repris sa carte à LR l'été dernier, poursuit : "je ne suis pas en train de préparer mon retour comme tête de liste.Cela fait partie d'une possibilité parmi d'autres mais être chef de file ne veut pas dire être premier sur une liste, ni même être candidat dans l'absolu. Je veux la meilleure solution pour Orléans".

Situation politique confuse à Orléans

En effet, plusieurs configurations sont possibles, notamment celle d'une alliance de LR avec d'autres forces politiques, comme l'UDI (parti centriste présidé dans le Loiret par Florent Montillot, proche de Serge Grouard), ou avec des personnalités, encartées ou non. Selon nos informations, Nathalie Kerrien (LREM), qui figurait en numéro deux sur la liste de Serge Grouard aux municipales de 2014, discute d'ailleurs régulièrement avec l'ex maire, tout comme elle échange aussi, parallèlement, avec les représentants des forces de gauche à Orléans. 

L'ex adjointe (qui a démissionné de ses fonctions en juin, comme Serge Grouard, pour marquer son désaccord avec le maire Olivier Carré) ne cache pas son envie de se lancer elle aussi dans la campagne électorale. Nathalie Kerrien et Serge Grouard font tout deux partie d'un groupe de quinze élus, dissident de la majorité municipale, créé le mois dernier et baptisé "les orléanais".

Pour compliquer le tout, rappelons que le maire sortant Olivier Carré (ex LR) à qui Serge Grouard avait transmis le flambeau en 2015 en cours de mandat, pour raisons de santé, sera tête d'une liste soutenue par La République En Marche et sur laquelle figurent des élus LR, comme Olivier Geffroy, président du parti dans le Loiret (!). 

Le SMS du président de LR dans le Loiret à Christian Jacob

Ce dernier, interrogé par France Bleu Orléans, se dit "très choqué d'apprendre par les médias qu'une demande d'investiture ait été ainsi envoyée" : "je suis le président du mouvement dans le Loiret, élu par les adhérents, et je ne suis au courant de rien ! On méprise les instances locales, on piétine les militants, ça pose quand même un problème en terme de fonctionnement." Olivier Geffroy vient d'envoyer un SMS, ce jeudi, à Christian Jacob "pour en savoir plus et comprendre ce qui se passe".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu