Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

L'ancien maire de Saint-Étienne et ancien ministre Michel Durafour est mort

jeudi 27 juillet 2017 à 14:35 - Mis à jour le jeudi 27 juillet 2017 à 16:19 Par Tifany Antkowiak, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

L'ancien ministre et maire de Saint-Etienne Michel Durafour est décédé à l'âge de 97 ans, a annoncé sa famille jeudi.

Michel Durafour aux côtés de Michel Rocard en 1990.
Michel Durafour aux côtés de Michel Rocard en 1990. © Maxppp - Daniel Janin

Ancien ministre et ancien maire de Saint-Étienne, Michel Durafour est mort jeudi, a annoncé sa famille. Il avait 97 ans. Michel Durafour était hospitalisé depuis six mois, il est décédé entouré de sa femme et ses deux enfants, ont précisé ses proches à l'AFP.

Maire de Saint-Étienne pendant douze ans

Né le 11 avril 1920 à Saint-Étienne, il a été, comme son père Antoine Durafour, maire de la ville (de 1965 à 1977). Michel Durafour a également été député de la première circonscription la Loire de 1967 à 1981, et sénateur de 1965 à 1967, puis de 1983 à 1988. L'université Jean-Monnet, l'urbanisation du quartier Centre-Deux et la rénovation de l'habitat vétuste du quartier Tarentaize font partie de l'héritage stéphanois de Michel Durafour.

Il a aussi été un homme politique d'envergure nationale, Ministre du Travail de 1974 à 1976 dans le gouvernement de Jacques Chirac et sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing. Il a alors côtoyé Simone Veil, avec qui il a avait lié une relation d'amitié, comme nous le racontait l'épouse de Michel Durafour, Maryse, fin juin, au moment de la disparition de Simone Veil.

Interview de Michel Durafour, ministre du Travail, en 1974 sur la réforme de la sécurité sociale :

Ministre d'ouverture en 1988

Après avoir occupé le poste de ministre délégué chargé de l'Économie et des Finances dans le gouvernement de Raymond Barre en 1976 et 1977, il rejoint un autre gouvernement, de gauche cette fois : le centriste se rallie à François Mitterand au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle et entre au gouvernement de Michel Rocard, en tant que ministre chargé de la Fonction publique. Il devient ainsi une personnalité symbolique de l'ouverture politique. Il occupera ce poste jusqu'en 1991.

Michel Durafour avait relancé son activisme politique en 2007 en prenant la tête du comité de soutien de Ségolène Royal dans la Loire. Il a également signé quelques ouvrages et des romans. Il était marié et père de deux enfants.

Le mauvais jeu de mot de Jean-Marie Le Pen

Le nom de Michel Durafour a notamment marqué l'histoire des "petites phrases" politique avec le jeu de mot douteux lancé par Jean-Marie Le Pen en 1988 au Cap d'Agde lors de l'université d'été de son parti, le Front national. Le responsable du FN avait alors appelé l'homme politique stéphanois, à l'époque ministre de la Fonction publique, "Monsieur Durafour crématoire". Ces propos avaient valu en 1993 au dirigeant du FN une amende de 10.000 francs (environ 1.500 euros) pour "injure publique".

La disparition de Michel Durafour a entraîné de très nombreuses réactions et hommages. Les élus et responsables politiques de la Loire mais aussi des personnalités nationales ont fait part de leur tristesse et salué l'action de l'ancien élu ligérien et ancien ministre.

LIRE AUSSI : Mort de Michel Durafour : "un ministre du Travail tel qu'on en rêve encore aujourd'hui" pour Martine Aubry