Politique

L'ancienne permanence parlementaire de François Hollande à Tulle ferme, après 20 ans de présence socialiste

Par Philippe Graziani, France Bleu Limousin et France Bleu lundi 19 juin 2017 à 15:38

C'est à Alain Ballay, à droite, et à Aurélien Faucher que revient le devoir de fermer la permanence ouverte en 1997
C'est à Alain Ballay, à droite, et à Aurélien Faucher que revient le devoir de fermer la permanence ouverte en 1997 © Radio France - Philippe Graziani

Après la défaite du candidat socialiste dimanche, la permanence parlementaire de l'avenue Victor-Hugo à Tulle disparaît. Propriété d'une société d'aménagement, les locaux étaient loués par les députés socialistes depuis 1997, dont le premier fut François Hollande.

Alain Ballay, ancien suppléant de Sophie Dessus, décédée en 2016, n'aura occupé la permanence qu'un an et demi. Le député socialiste sortant, qui n'était pas candidat à sa succession, n'en cache pas moins son amertume. "C'est désolant d'être le dernier d'une lignée comme ça ! " Car il est vrai que cette permanence a été celle d'élus socialistes durant 20 ans.

Dominique Ceaux fait la déco !

C'est en 1997 que François Hollande, élu député de la 1ère circonscription de la Corrèze, loue le premier les locaux appartenant à la société d'aménagement Territoires 19. Carole Cognéras fut sa première secrétaire. Dominique Ceaux, avec qui il a ensuite toujours travaillé, même encore à l’Élysée, était son attaché parlementaire à l'époque. "C'est Dominique qui a fait les plans d'aménagement de la permanence, il a choisi les couleurs, tout" se souvient Carole Cognéras.

Entrée murée

Depuis 20 ans il y a toujours eu un élu socialiste pour occuper les locaux : deux fois François Hollande comme député, Sophie Dessus puis Alain Ballay. Et même un député européen, des sénateurs. Du coup la permanence était devenue un lieu emblématique choisi par de nombreux manifestants. "Il y a eu des animaux dans les locaux mais il n'y a pas si longtemps que ça on a eu aussi la porte d'entrée murée", raconte Claudine Heiderich de l'ancienne équipe parlementaire. Mais au-delà des pincements au cœur de chacun il y a aussi des conséquences plus personnelles. Si Alain Ballay a décidé de reprendre son activité d'artisan, si Aurélien Faucher, son attaché parlementaire, fonctionnaire territorial, est réaffecté en Dordogne, les deux secrétaires, elles, se retrouvent au chômage.