Politique

L'angoisse d'une mère en Gironde : sa fille est depuis 5 mois en Syrie

France Bleu Gironde mercredi 23 avril 2014 à 7:20

Combattant à Alep, Syrie
Combattant à Alep, Syrie © Maxppp

Le gouvernement va annoncer des mesures pour tenter de freiner le départ vers la Syrie de jeunes musulmans français, partis combattre aux côtés des jihadistes. Ils seraient près de 500 dans ce cas, dont Anissa, 22 ans, originaire de Saint Seurin sur l'Isle, dans le Nord-Est de la Gironde. Sa mère Fatima, n'a que très peu de nouvelles.

Freiner le départ de jihadistes français vers la Syrie: c'est l'objectif du plan que Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, présente ce mercredi matin en Conseil des Ministres . Parmi les mesures qu'il compte prendre pour tenter d'empêcher de jeunes musulmans d'aller combattre aux côtés de groupes jihadistes, le gouvernement réfléchit au rétablissement pour les mineurs d'une obligation d'autorisation de sortie du territoire national.

Selon Laurent Fabius , le ministre des affaires étrangères, 500 français seraient engagés en Syrie aux côtés des forces de l'islam radical. Parmi eux se trouvent Anissa. Cette jeune femme de 22 ans originaire de St Seurin sur l'Isle, près de Coutras, est partie fin novembre rejoindre là-bas l'homme qu'elle avait épousé religieusement peu avant, après une rencontre sur Internet.

Trois mois et demi sans nouvelle

Sa mère Fatima est restée 3 mois et demi sans aucune nouvelle de sa fille unique, puis les deux femmes ont renoué le contact il y a à peine quinze jours. Elles ont communiqué à deux reprises par Facebook , à chaque fois 2 heures. Anissa donne très peu de détails sur sa vie au quotidien . 

"Elle se borne à déclarer que tout va bien , qu'elle ne fait pas grand chose de ses journées" Fatima, sa maman

La jeune femme ne dit rien en revanche sur l'endroit exact où elle vit, ni sur comment elle vit. Ses proches ont appris que son mari, qu'elle était partie rejoindre, est mort, sans doute au combat . Sa famille se dit persuadée que la jeune femme est surveillée et qu'elle ne peut pas tout leur dire.  De quoi démultiplier l'angoisse de sa maman, trop perturbée pour s'exprimer à notre micro.

Une lettre pour expliquer son départ

Fatima nous expliquait qu'elle était tombée des nues le 19 novembre dernier, lorsque sa fille lui annonçait par lettre qu'elle partait pour la Syrie. Depuis 2 ans, depuis son entrée dans un lycée professionnel à Bordeaux,  elle avait tout de même remarqué que sa fille avait changé.

Elle qui n'était pas du tout pratiquante s'était mise progressivement à étudier le Coran, à écouter des chants religieux, à passer des nuits sur Internet sur des sites islamistes, jusqu'à opter pour le voile intégral.

"Ele s'est laissée embrigader par une amie"

Cette mère est bien allée porter plainte à la gendarmerie, mais la jeune femme est majeure, ses proches ont donc très peu de moyens d'action.

Des nouvelles uniquement par Facebook"