Politique

L'appel des socialistes girondins : "Ne sanctionnez pas le gouvernement dans un scrutin local"

Par Yves Maugue, France Bleu Gironde mardi 17 mars 2015 à 17:10 Mis à jour le mercredi 18 mars 2015 à 8:30

Christine Bost pourrait prendre la tête du Département en cas de victoire de la gauche aux élections
Christine Bost pourrait prendre la tête du Département en cas de victoire de la gauche aux élections © Radio France

Matinale spéciale "Départementales 2015" ce mercredi sur France Bleu Gironde avec Christine Bost, la porte-parole des socialistes de Gironde. Dans cette campagne, le PS doit gérer le départ du président Philippe Madrelle, après 36 ans de règne. Décryptage.

En Gironde, la gauche pilote le département de manière quasiment continue depuis presque quatre décennies. Mais elle doit gérer le départ de sa figure tutélaire, Philippe Madrelle. Et c'est une petite révolution. Philippe Madrelle, 78 ans le mois prochain, a décidé de raccrocher , tout en conservant quand même son poste de sénateur. Mais au département, il abandonne un fauteuil dans lequel il s'était assis pour la première fois en 1976, il y a 39 ans. Un fauteuil qu'il n'a du laisser à la droite que l'espace de trois ans entre 1985 et 1988. 

Un successeur désigné mais contesté

En petit comité, Philippe Madrelle a fait part de son souhait de voir Christine Bost, la maire d'Eysines, lui succéder à la présidence . Mais ce n'est pas si simple. Elle a le défaut d'être une élue de la Métropole bordelaise, les ruraux préfèreraient le profil d'un Jean-Luc Gleyze, élu du sud du département. Le futur président, si la gauche conserve le département, devrait être désigné soit lundi, au lendemain du 1er tour, soit le lundi suivant.

Christine Bost, invitée ce mercredi, ses principales déclarations 

► sur le spectre d'un vote-sanction contre le gouvernement Hollande

"Ne vous trompez pas de scrutin, nous sommes dans un scrutin local. L'enjeu c'est comment on gère un Département".

► sur l'alliance avec les écologistes en Gironde

"Ca n'est pas une alliance de circonstances, nous avons bâti un programme collectif. La plupart des citoyens le comprennent et sont heureux de voir la gauche unie". 

► un auditeur, Christophe de Pineuilh, délégué syndical, a le sentiment d'avoir été "cocufié" par la gauche au pouvoir, par exemple sur le travail dominical

"Quand F. Hollande a été élu, il a découvert des cadavres dans le placard, et les réformes ont été difficiles à mettre en place. Sur l'ouverture des magasins le dimanche, ne caricaturons pas la loi Macron : nous donnons la possibilité de travailler 12 dimanche par mois, il ne s'agit pas d'une généralisation".

► sur le désenclavement du Médoc demandé par Philippe, un auditeur de Vendays-Montalivet

"Nous avons décidé de calquer les tarifs du bac sur ceux du réseaux TransGironde. L'idée de la droite d'un Pont au-dessus de l'estuaire de la Gironde est un projet fou qui ne résoudra pas les problèmes, c'est le retour d'un contournement autoroutier. Cela abîmerait le Médoc".

► sur le départ de Philippe Madrelle

"La personnalité de Philippe Madrelle c'était la proximité des territoires, être au plus près des communes. Il y a un héritage dense qu'il est indispensable de garder, mais une page va se tourner". 

► où faire des économies au Conseil général de Gironde

"Sur les dépenses courantes mais les marges de manoeuvre sont limitées. Nous sommes le 16e département le moins dépensier en terme de personnel". 

► sur le score attendu du Front national en Gironde

"On peut avoir peur de la montée du FN et de la façon dont il gère les collectivités. On le voit dans certaines mairies FN en France : il déconsidère la culture et le tissu associatif, il. Ca n'est pas une gestion de qualité".

► sur la consigne de vote en cas de duel FN - droite au second tour

"Nous serons républicains, nous appelerons à voter UMP".

Christine Bost sera la candidate de la Gauche unie aux côtés de Stéphane Saubusse (EELV) dans le canton des Portes du Médoc. Face à eux se présentent Violentte Demarest et Nicolas Ong (Front de Gauche); Laurent Lagarde et Marie-Mauricette Martinez (FN); Marc François et Roxane Maury (Union de la Droite).

Retrouvez l'interview d'Yves d'Amécourt  (Gironde Postitive) invté lundi 16 mars, et celle de Jacques Colombier  (FN), invité vendredi dernier.

À LIRE AUSSI DOSSIER : les départementales en Gironde► CARTE : Tous les candidats et les nouveaux cantons de Gironde sur notre carte interactive