Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

L'Association des Régions de France change de tête

mardi 26 janvier 2016 à 7:22 Par Yves Maugue, France Bleu Gironde

C'est l'une des conséquences des dernières élections régionales. Le socialiste Alain Rousset, président de l'Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, va laisser ce mardi les commandes de l'Association des Régions de France qu'il pilotait depuis douze ans.

Alain Rousset à la tête de l'ARF depuis 2004
Alain Rousset à la tête de l'ARF depuis 2004 © Maxppp - Jean-Yves Desfoux

C'est encore tout neuf. Les présidents des nouvelles régions n'ont été élus que le 4 janvier dernier. Moins d'un mois plus tard, les chefs de file des treize régions métropolitaines mais également des quatre régions et territoires d'outre-mer ainsi que de Mayotte vont se retrouver ce mardi à Paris. Ils doivent désigner le nouveau patron de l'Association des Régions de France (ARF).

L'alsacien Philippe Richert favori

Depuis 2004, c'est le président de la région Aquitaine qui dirigeait l'association. Mais les équilibres politiques issus du scrutin de décembre vont offrir le fauteuil à la droite. C'est l'alsacien Philippe Richert, désormais à la tête d'une région élargie à la Lorraine et la Champagne-Ardenne qui est le seul candidat déclaré. Son profil centriste devrait faire consensus. Alain Rousset le concède. "C'est moi qui lui ait conseillé d'être candidat il y a plusieurs mois, avant même les élections car je crois qu'il faut une autre personne que moi. Je suis très identifié à cette bataille de la décentralisation. D'ailleurs le président de la République et le Premier ministre sont bien obligés de convenir que ça va dans le bon sens. Je partage cela avec Philippe Richert et j'espère qu'il sera élu".