Politique

L'audit sur les finances de la ville de Bourges justifiera-t-il une hausse des impôts ?

Par Michel Benoît, France Bleu Berry mercredi 27 janvier 2016 à 19:17

Le maire de Bourges, Pascal Blanc
Le maire de Bourges, Pascal Blanc © Radio France - Michel Benoit

Le maire de Bourges a présenté aux élus, l'audit financier de la ville. Il remonte à l'année 2008 et confirme la situation difficile des comptes de la ville. Il donne en tout cas des arguments à Pascal Blanc pour décider une hausse des impôts.

On s’achemine tout droit vers une augmentation des impôts locaux à Bourges… L’audit des comptes de la ville, présenté aux élus hier par le maire, Pascal Blanc, confirme la grande fragilité financière de Bourges. Comme il fallait s’en douter, les économies ne permettront pas à elles seules de remettre la ville à flot. Bourges doit trouver 10 millions d’euros d’ici 2020 pour ne pas se mettre en péril. 

10 millions d’euros sur 5 ans, ça fait 2 millions par an. Pour 2016, les services ont déjà identifié 1,5 million d’économies. Ca ne sera pas suffisant… on ne voit donc pas comment le maire Pascal Blanc, pourra se passer d’une augmentation des impôts locaux, contrairement à ses promesses de campagne. L’audit lui donne d’ailleurs des arguments : il relève que l’imposition à Bourges, est inférieure de 10 % à la moyenne des villes comparables en France. Des impôts qui n’ont pas progressé depuis 2009, une hausse de 8 % à l’époque.

Le maire de Bourges pendant la conférence de presse - Radio France
Le maire de Bourges pendant la conférence de presse © Radio France - Michel Benoit

Autre remède : le transfert de certaines charges à l’agglomération. A commencer par le palais des sports, le Prado dont le coût de fonctionnement pourrait atteindre un million par an. Une charge que la ville de Bourges répugne à supporter seule. Les piscines, le conservatoire fréquentés pour 1/3 par des non berruyers, pourraient aussi être transférés à l’agglo. Reste à convaincre l’ensemble des maires et à chiffrer cette hausse des impôts : réponse courant février.

Le maire a exposé cet audit à l’ensemble élus en fin de journée hier. Pour Jean-Michel Guérineau, président du groupe d’opposition « Bourges Ensemble » (5 élus de tendance communiste), ce rapport financier n’apprend rien qu’on ne sache déjà et n’aura qu’une utilité pour le maire : dramatiser la situation pour faire passer la pilule d’une augmentation des impôts. Jean-Michel Guérineau estime que la ville de Bourges a été trop ambitieuse dans ses dépenses par le passé. Le PRU (plan de renouvellement urbain), près de 390 millions d'euros, était surdimensionné selon l'élu d'opposition. Il a mobilisé des crédits dont une partie qui aurait sans doute été plus utile ailleurs. Pour la construction du palais des sports du Prado par exemple, dont la ville de Bourges a assuré la majeure partie de l'investissement.

Partager sur :