Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 15 départements en vigilance rouge, 49 en orange
Dossier : Élections territoriales en Corse

L'autodétermination en question à l'assemblée de Corse

-
Par , , France Bleu RCFM
Corse, France

Passe d'armes politique, à la tribune de l'assemblée de Corse ce jeudi. Jean-Martin Mondoloni, du groupe Le Rassemblement, et candidat aux territoriales, a interpellé le président de l'Exécutif, Gilles Simeoni, sur l'indépendance.

L'autodétermination en question à l'assemblée de Corse
L'autodétermination en question à l'assemblée de Corse © Radio France

Le conseiller territorial de droite, Jean-Martin Mondoloni a demandé à Gilles Simeoni, de clarifier la position de l'exécutif, suite à l'annonce d'une liste commune entre autonomistes et indépendantistes pour les élections territoriales de décembre prochain. Un accord qui doit d’ailleurs être officialisé ce vendredi après-midi à Corte.

Sortir de l’ambiguïté

Selon Jean-Martin Mondoloni, de fait, cette nuance n'existerait plus aujourd’hui. « Pour nous cette question est déterminante et ne veut pas se circonscrire à une question d’organisation de type institutionnelle. L’actualité Espagnole témoigne du fait qu’il s’agit d’une question grave, fondamentalement politique. En matière de clarté vous venez d’éclairer le jeu en mettant un terme à cette partition qui n’avait plus de sens entre modérés et radicaux, il n’y a plus désormais que des nationalistes. Lorsqu’on est nationaliste on veille à l’avènement d’une nation souveraine et indépendante. Je pense qu’en démocratie il y a pire que de sortir de l’ambiguïté à ses dépens, ce serait de continuer à dépendre de l’ambigüité. »

L'indépendance n'est pas au programme !

En réponse, Gilles Simeoni explique que ce sont les Corses qui valident cette dynamique par les derniers scrutins, et que l'indépendance n'est pas au programme. « Votre question et donc notre échange ne prennent bien sûr tout leur sens que lorsqu’on rappelle le contexte dans lequel ils s’inscrivent…je note d’ailleurs que c’était Camille De Rocca Serra qui avait déposé la question et que c’est vous qui la posez. Avez-vous des idées ? Un projet ? Une alternative crédible à opposer à cette dynamique ? Non ! L’autodétermination c’est le processus par lequel le peuple Corse effectue démocratiquement et librement ses choix essentiels, et donc cette notion n’implique ni ne préjuge aucune option institutionnelle, pas plus qu’elle n’est synonyme d’un scrutin référendaire. L’indépendance, cette orientation n’est pas et ne sera pas au programme de Per a Corsica ! »

En marge...

Ce jeudi, lors de la session de l'assemblée de Corse, les décrets d'application des ordonnances sur la collectivité unique ont été validés par 27 voix pour, la droite, les communistes et le FN n'ont pas participé au vote. A noter que dans son avis l'assemblée a réclamé davantage de pouvoir décisionnel à la future chambre des territoires.

Le rendez- vous prévu lundi prochain à Paris entre les présidents de l'assemblée, les député Corses, les présidents des conseils départementaux et Gérald Darmanin ,le ministre de l'action et des comptes publics pour évoquer le volet financier de la collectivité unique a été reporté, il aura lieu le 5 octobre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess